Eric Fornet, conseiller au Centre de formation continue du Cégep de Sherbrooke : « Ce qui varie surtout, c’est le contexte dans lequel les infirmières vont travailler. Ici, on travaille beaucoup dans un contexte axé sur les personnes âgées, ce qui n’est pas le cas partout. »

Le Cégep veille sur la transition des infirmières d'origine étrangère

Chaque année, le Cégep de Sherbrooke contribue à la mise à jour de la formation d’une douzaine d’infirmières qui ont reçu leur formation initiale ailleurs dans le monde et qui, une fois arrivées au Québec, souhaitent travailler de nouveau dans le réseau de la santé.

« Environ le tiers des infirmières sont originaires d’Amérique latine, le tiers d’Afrique et l’autre tiers des anciens pays de l’Est de l’Europe », indique Éric Fernet, conseiller à la formation au Centre de formation continue du Cégep de Sherbrooke.

« Nous partons un groupe chaque année depuis une quinzaine d’années. Nous avons déjà eu jusqu’à 20 étudiantes par groupe, mais on peut parler plus souvent de groupe d’une douzaine de personnes », mentionne M. Fernet.

La formation de cette année commencera au début de février. « Nous avons le défi de réussir à trouver des locaux et des milieux de stage, qui sont déjà occupés par nos cohortes régulières de la technique en soins infirmiers », précise Éric Fernet.

Le programme est aussi offert aux infirmières qui ont déjà eu un permis de pratique mais qui l’ont perdu parce qu’elles n’ont pas assez travaillé durant les cinq dernières années, notamment des mamans qui ont choisi de rester à la maison avec leurs enfants.

Nouveau contexte

Dans tous les cas, c’est l’Ordre des infirmières du Québec qui évalue chaque dossier. Car en plus de la formation de base offerte par le Cégep de Sherbrooke, certaines infirmières devront suivre un, deux ou trois cours supplémentaires en fonction de leurs expériences et de leur formation initiale.

Le défi des infirmières formées à l’étranger varie en fonction de leur pays d’origine. Souvent, il n’est pas axé sur les techniques de soins en tant que telles.

« Il y a de la formation sur le jugement clinique des infirmières. Ici au Québec, on va plus loin qu’ailleurs à ce niveau », mentionne Éric Fernet.

« Sinon, ce qui varie surtout, c’est le contexte dans lequel les infirmières vont travailler. Ici, on travaille beaucoup dans un contexte axé sur les personnes âgées, ce qui n’est pas le cas partout », indique M. Fernet.

Il y a aussi le contexte technologique qui change beaucoup d’un pays à l’autre. « Ici, c’est très rapide d’avoir accès à des outils pour avoir des diagnostics rapidement », ajoute-t-il.

Le Cégep de Sherbrooke offrait lundi soir une séance d’information sur le programme d’études « Intégration à la profession d’infirmière au Québec » pour les personnes immigrantes formées en soins infirmiers dans leur pays d’origine. Au total, un peu moins d’une dizaine de personnes se sont présentées à la soirée d’information.

Mais il est encore temps de prendre de l’information. Il suffit de téléphoner au Centre de formation continue du Cégep de Sherbrooke en composant le 819 564-6725.