Steve McKay

Le Cégep a besoin d’amour d'«urgence», insistent les enseignants

Le Cégep a besoin d’amour. C’est le message qu’a lancé mercredi, jour de la Saint-Valentin, des membres du Syndicat du personnel enseignant du Cégep de Sherbrooke (SPECS-CSN) au ministre responsable de l’Estrie, Luc Fortin. L’instance syndicale souhaitait ainsi rappeler au gouvernement « l’urgence » d’agir face à la situation financière du Cégep.

Pour l’occasion, des cœurs avaient été installés devant le bureau de circonscription du député de Sherbrooke.

Aux yeux du président du SPECS, Steve McKay, le manque à gagner du Cégep repose sur les mesures d’austérités des dernières années et sur le « modèle de financement inadéquat ».

La directrice du Cégep de Sherbrooke, Marie-France Bélanger, a lancé un appel à l’aide cet automne et a réclamé une aide financière d’urgence de 800 000 $.

L’institution a une dette de près de 400 000 $ liée au plan de redressement qu’elle a dû adopter en 2016 à la suite d’un budget déficitaire.

Le SPECS évalue le manque à gagner du Cégep à quelque 950 000 $. Outre la dette du plan de redressement, il inclut le manque de financement lié au nombre d’enseignants. Par exemple, illustre M. McKay, l’institution perd un certain pourcentage d’étudiants entre le début des cours et le recensement officiel du ministère.

Or, même si l’organisation scolaire a été faite en fonction notamment des élèves présents en début d’année (et avant dans le processus), le financement est lié au nombre d’élèves en classe lors du recensement officiel en septembre.

La réaction de la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, avait donné un peu d’espoir à la suite de la demande d’aide lancée par l’établissement.

« Près de trois mois plus tard, le Cégep de Sherbrooke attend toujours des engagements fermes de la part du gouvernement », souligne Steve McKay. En entrevue avec La Tribune la semaine dernière, Mme Bélanger indiquait que des discussions étaient toujours en cours avec Québec.

« Le temps presse. On voit l’échéancier électoral arriver et on veut que l’aide soit en argent sonnant. On veut éviter de continuer à creuser ce déficit-là », plaide-t-il.

Le SPECS compte environ 600 membres.