Après avoir parcouru plus de 5900 kilomètres depuis Vancouver en vélo à main, Jimmy Pelletier pédale maintenant sur les routes du Québec avec les cyclistes de la Randonnée Jimmy Pelletier.

Le Canada à tour de bras

Avec déjà plus de 5900 km parcourus dans le cadre de sa traversée du Canada, l’ancien athlète paralympique Jimmy Pelletier sillonne les routes du Québec depuis quelques jours à bord de son vélo à main. Il s’est brièvement arrêté à Orford vendredi matin, accompagné des quelque 80 cyclistes qui participent à la cinquième Randonnée Jimmy Pelletier.

« Traverser le Canada, c’était le rêve de ma blonde. Alors je lui ai dit qu’on allait réaliser son rêve, puis qu’on allait aussi amasser des fonds pour les personnes avec un trouble du spectre de l’autisme ou avec un handicap physique ou intellectuel », explique l’athlète.

Les épreuves imposées par un handicap, Jimmy Pelletier les connaît très bien, ayant lui-même perdu l’usage de ses jambes à 19 ans dans un accident de voiture. Ne se laissant toutefois pas abattre, il a par la suite fait partie de l’équipe canadienne de ski de fond en luge et de vélo à main et a participé aux Jeux paralympiques de Turin 2006 en ski de fond. En outre, il est devenu le deuxième au monde à atteindre le sommet du Kilimandjaro en vélo à main, l’année dernière.

Selon M. Pelletier, il est parfois très difficile de se procurer de l’équipement de sport adapté. C’est entre autres ce constat qui a poussé l’homme originaire de Baie-Comeau à organiser en 2014 la première Randonnée Jimmy Pelletier, au cours de laquelle les cyclistes affrontent cinq parcours en cinq jours, aussi au profit des personnes présentant un trouble du spectre de l’autisme ou un handicap physique ou intellectuel. Par contre, l’athlète a vu plus grand cette année, en intégrant la Randonnée au défi supplémentaire de parcourir à vélo à main 7200 km d’un océan à l’autre, le tout en 67 jours.

« Une belle expérience »

Il raconte déjà avec nostalgie la distance parcourue avec les sept autres cyclistes participant au périple : « C’est vraiment une belle expérience! Dans les rocheuses, c’était incroyable, les paysages! C’était dur aussi parce qu’il y avait beaucoup de côtes. Mais le plus dur pour moi, j’ai trouvé que c’était la Saskatchewan : c’est droit, l’accotement était vraiment exécrable, il y avait des vents de 30 à 40 km/h, et on avait près de 200 km à faire par jour... C’est une aventure jour après jour, et quand on a mal, on pense aux causes! »

Afin d’aller chercher encore plus d’argent que les sommes récoltées par les participants de la Randonnée Jimmy Pelletier, le philanthrope sportif a aussi mis en place une méthode originale pour inviter la population à faire un don pour sa traversée canadienne : sur son site www.latraverseeducanada.com/faire-un-don/, il vend la distance à parcourir à raison de 25 $ par kilomètre. Le donateur peut même choisir son kilomètre et recevoir un SMS de remerciement lorsque l’athlète roule à cet endroit.

Après les cinq jours de la Randonnée, Jimmy Pelletier se reposera deux jours à Québec avant de repartir pour compléter les 1100 kilomètres jusqu’à Halifax, la destination finale de sa Traversée.