Justin Trudeau assure aussi que des demandes de pardon royal ont été faites à de nombreuses reprises par les représentants canadiens.

Le Canada « très actif » dans le dossier Badawi, assure Trudeau

Le Canada continue de travailler de façon « très active » dans le dossier de Raif Badawi. C’est ce qu’a assuré le premier ministre Justin Trudeau en conférence de presse à l’hôtel Delta à Sherbrooke vendredi.

« Ç’a été un grand plaisir de m’asseoir encore une fois avec Ensaf Haidar pour parler de son mari Raif Badawi et de tout ce que le Canada est en train de faire, mentionne Justin Trudeau. Je ne peux pas imaginer ce qu’elle et ses enfants sont en train de vivre avec l’emprisonnement depuis si longtemps. »

Trudeau a rencontré, en compagnie de la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland, Ensaf Haidar, la femme de Raif Badawi, mercredi. Mme Haidar a mentionné à la suite de cette rencontre que M. Trudeau lui avait « donné l’espoir ».

« Il y a à peine un mois, j’ai souligné directement avec le prince Mohammed ben Salman le cas de Raif Badawi et à quel point les relations entre le Canada et l’Arabie saoudite ont un visage pour les Canadiens et c’est le visage de Raif Badawi, poursuit Trudeau. C’est une conversation qui a été répétée quelques mois avant quand j’ai parlé directement au roi de l’Arabie saoudite pour lui expliquer la même chose. Nous continuons de façon très active à chercher de convaincre et à mettre différentes pressions de façon privée et parfois de façon publique sur l’Arabie saoudite pour libérer Raif Badawi. J’ai assuré à Ensaf que nous allons continuer à travailler fort. De régler ce dossier et de libérer Raif Badawi est une priorité pas juste pour moi, pas juste pour sa famille, mais pour tous les Québécois et les Canadiens. »

Justin Trudeau assure aussi que des demandes de pardon royal ont été faites à de nombreuses reprises par les représentants canadiens.

« C’est une suggestion que j’ai faite, que la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland a faite à plusieurs reprises et que les diplomates canadiens ont faite à plusieurs reprises, indique le premier ministre. On continue à suggérer toutes sortes de façons pour que l’Arabie saoudite puisse libérer Raif Badawi.

LE SITE D'ENFOUISSEMENT DE COVENTRY SOUVENT ABORDÉ À OTTAWA

La controverse entourant le projet d’expansion du site d’enfouissement de Coventry a des échos jusqu’au parlement à Ottawa.

« C’est un enjeu sur lequel le député Denis Paradis nous parle régulièrement, a assuré le premier ministre Justin Trudeau vendredi. Il est très actif sur ce dossier. Il continue de nous faire part d’informations. »

Justin Trudeau admet aussi avoir discuté de la problématique avec le maire de Sherbrooke Steve Lussier.

« Nous allons être partenaires en tant que gouvernement fédéral pour faire ce qui est important de faire pour assurer la sécurité et la protection de nos plans d’eau », a résumé Trudeau.