Une soirée invitant les gens à des auditions pornonographiques « ouvertes à tous » au Boston Bar fait réagir.

Le CALACS «déplore que le Boston Bar s’associe à l’industrie du sexe»

Une soirée invitant les gens à des auditions pornographiques « ouvertes à tous » au Boston Bar fait réagir. Le bar de la rue King Ouest tiendra vendredi selon ses propres mots « un casting party » pour la première fois à Sherbrooke, avec l’entreprise de production de films pornographiques, AD4X.

Selon la publication Facebook du Boston Bar, l’événement est présenté par AD4X et Xtrem Productions. Des acteurs et actrices pornographiques doivent être sur place.

« On déplore que le Boston Bar s’associe à l’industrie du sexe en général. La majorité des femmes qui s’y retrouvent sont contraintes d’y être. Ça banalise, valide le fait que c’est correct d’acheter des services sexuels », commente Marie-Michèle Whitlock, intervenante responsable au dossier d’exploitation sexuelle au CALACS-Agression Estrie.

« La pornographie valorise la violence faite aux femmes, c’est un peu ce qu’on nomme », dit-elle en soulignant que les femmes qui entrent dans cette industrie ont généralement beaucoup de difficulté à en sortir et vivent plusieurs conséquences.

Ce n’est pas la première fois que le bar sherbrookois fait les manchettes. La 10e édition de la soirée « Fuck ton ex », en 2016, avait aussi été dénoncée par le Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) Agression Estrie. L’organisme vient en aide aux femmes et aux adolescentes de douze ans et plus ayant été victimes d’agression à caractère sexuel ainsi qu’à leurs proches.

Marie-Michèle Whitlock, intervenante responsable au dossier d’exploitation sexuelle au CALACS-Agression Estrie.

Rien d’illégal

Au Service de police de Sherbrooke (SPS), on indique que l’activité n’est pas criminelle à première vue, mais qu’une surveillance accrue aurait lieu. Des vérifications ont aussi été faites du côté de la Ville de Sherbrooke pour voir si cette activité pouvait contrevenir à la réglementation municipale.

Or, si ces auditions se passent dans le véhicule récréatif (comme il a été indiqué) derrière des portes closes, la Ville ne peut intervenir, à moins que cela devienne un endroit de spectacle où des frais sont exigés aux spectateurs, indique-t-on à la Ville. Un inspecteur devait également rencontrer les gestionnaires du Boston Bar pour leur rappeler qu’ils ne peuvent pas présenter un spectacle à caractère pornographique puisque le zonage ne le permet pas.

Avec la présentation de cette édition en sol sherbrookois, Mme Whitlock estime qu’une réflexion devrait avoir lieu à la Ville sur ce type d’événement.

Un événement semblable organisé par l’entreprise AD4X dans bar de danseuses à Gatineau avait aussi fait les manchettes en 2016, de même que tournage d’un film pornographique au Rockfest de Montebello en 2014.