Le maire Bernard Sévigny et les conseillères Diane Délisle et Annie Godbout ont procédé à la première pelletée de terre du boulevard René-Lévesque.

Le boulevard René-Lévesque prend forme

Le boulevard René-Lévesque devient réalité. Les élus ont procédé à la première pelletée de terre, vendredi, pour lancer les travaux de cet axe routier qui reliera cette année le boulevard Industriel et la rue Henri-Labonne, dans le secteur Rock Forest.
Le dernier obstacle, la signature d'ententes avec les promoteurs des terrains concernés par le projet, avait été levé lundi au conseil municipal. Déjà, les travaux de préparation du terrain, de déboisement et de protection des milieux humides ont commencé. Les automobilistes pourront emprunter le boulevard de 2,75 km vers la fin novembre ou le début décembre.
« Les travaux de préparation sont commencés. Les travaux d'excavation commenceront d'ici les deux prochaines semaines parce que nous avons une des sources qui servent de roc pour les travaux qu'il faut préparer. Nous installerons les conduits souterrains. Nous aurons au moins deux, sinon trois équipes de pose. Le premier échéancier, qui est le mois d'août pour l'accès à l'école C, ne cause pas de problèmes. Nous avons un accès directement du chemin Godin vers le futur parc. Si jamais il y avait des pépins, nous pourrions permettre à l'entrepreneur d'avoir accès au site », explique Denis Gélinas, directeur du Bureau des projets majeurs à la Ville de Sherbrooke.
L'école C doit être construite près du carrefour giratoire au bout de la rue Matisse et être prête pour la rentrée 2018. « Le carrefour giratoire de Matisse est important parce que nous devons nous brancher aux réseaux qui se trouvent au coin de Matisse et Maréchal. Il y aura beaucoup d'activité là et entre Magnelli et Industriel. Le secteur entre Henri-Labonne et Matisse sera davantage l'objet de travaux vers le mois d'août. »
En plus de celui de la rue Matisse, des carrefours giratoires feront leur apparition à l'intersection avec la rue Magnelli et à celle avec la rue Henri-Labonne.
Investissements de 19 M $
Des investissements de 19 M$ sont nécessaires pour la concrétisation du boulevard. La Ville inaugurera l'ensemble du boulevard en une seule occasion, à la fin de l'année, plutôt que d'inaugurer des tronçons au fur et à mesure que les travaux progressent. « Ce serait plus embarrassant d'ouvrir une section à la fois et ça provoquerait probablement de la circulation de transit dans les quartiers résidentiels. »
Le maire Bernard Sévigny rappelait que le boulevard René-Lévesque était attendu depuis près d'une trentaine d'années. Il avait été inscrit au schéma d'aménagement en 1987 sous le nom de boulevard Marie-Victorin.
« Je me souviens de Serge Forest qui en parlait au début de la nouvelle ville, en 2001. Ça fait plus de 25 ans que c'est dans la planification. Il y a eu beaucoup de travail dans la dernière décennie. Quand ce sont des grands projets comme ça, il faut prendre le temps de le faire, autant du point de vue de l'acceptabilité économique par le conseil, que sociale et environnementale par les riverains. Le travail a été bien fait. C'est le départ, enfin, et ça se fera assez rapidement. »
« Enfin », c'est aussi le premier mot qui venait à l'esprit de la conseillère Annie Godbout. Elle a profité de l'occasion pour prendre les impressions des citoyens de son quartier. « Les gens sont impressionnés par la vitesse à laquelle le déboisement s'effectue. On sent que c'est un choc. Certains sont très résilients. »
Elle se montre rassurée de la façon dont les choses se déroulent. « Les citoyens m'ont confirmé que les camions qui ont fait les travaux de déboisement ont passé par le boulevard Industriel ou le chemin Godin plutôt que dans le quartier Mi-Vallon, alors on sent une préoccupation à préserver la quiétude. Toute la semaine, des citoyens m'ont interpellée sur toutes sortes de questions et on m'est revenu rapidement. Donc il n'y a pas de souci pour ce volet-là. »