Une rencontre sur la situation des logements à Sherbrooke à eu lieu mardi regroupant Normand Couture, porte-parole de l’Association des locataires de Sherbrooke, Jinny Mailhot, directrice générale de la Corporation de développement communautaire du Haut-Saint-François, Guillaume Brien, directeur général de la Fédération des coopératives d’habitation de l’Estrie, Marie-Claude Bibeau, députée de Compton-Stanstead et ministre du Développement international et Jean-Yves Duclos, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social.

L'Association des locataires satisfaite de sa rencontre avec le ministre Duclos

L’Association des locataires de Sherbrooke s’est dite rassurée au terme de la rencontre mardi avec Jean-Yves Duclos, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social. La situation des logements abordables et de l’itinérance dans la région y a été abordée.

 « J’étais content qu’on nous invite, mais je n’avais pas beaucoup d’attente, explique Normand Couture, porte-parole de l’Association des locataires de Sherbrooke. Je ne m’attendais pas à avoir autant de réponses à mes questions. Je sors rassuré et avec le sourire. Si les réponses qu’on nous a données se réalisent, nous allons faire un grand pas. »

Normand Couture avait notamment plusieurs questions concernant les 40 milliards $ sur dix ans promis par le gouvernement fédéral en novembre 2017 pour aider les Canadiens à se loger.

« On est rendu en 2019 et il y a eu peu d’avancées à nos yeux, poursuit M. Couture. On voulait qu’il y ait des sommes réservées pour les logements sociaux et communautaires et on nous a rassurés là-dessus. On voulait aussi que cet argent-là ne serve pas à remplacer de l’argent déjà investi par Québec. On nous a rassurés là-dessus aussi. »

La rencontre, qui a été orchestrée par la députée Marie-Claude Bibeau, rassemblait également Jinny Mailhot, directrice générale de la Corporation de développement communautaire du Haut-Saint-François et Guillaume Brien, directeur général de la Fédération des coopératives d’habitation de l’Estrie.

Une première

Normand Couture mentionne que c’est la première fois qu’un ministre fédéral rencontre directement les intervenants sherbrookois du logement.

« C’est ça le travail d’un député, de permettre des rencontres lorsque le ministre passe en région, soutient-il. Quand le bureau de madame Bibeau nous a proposé ça, nous n’avons pas hésité une seconde. Quand on a la chance de parler directement au ministre pour poser des questions et parler de nos craintes, ça permet d’avoir des réponses parce que c’est lui qui fait le travail. »

De son côté, Mme Bibeau estime que cette rencontre aura des répercussions positives dans la région.

« C’est assez technique comme secteur et je trouvais important que le ministre puisse les entendre directement, indique-t-elle. Ça influence le ministre au niveau du développement des programmes et des politiques. Lorsqu’il retournera discuter avec les gens de la Société canadienne d’hypothèques et de logement par exemple, il va pouvoir poser des questions qu’il n’aurait peut-être pas posées s’il n’avait pas eu cette rencontre. »

Le ministre Duclos était quant à lui visiblement satisfait d’avoir pu voir le portrait global de la région.

« Les conditions de logement à Sherbrooke sont parfois difficiles pour beaucoup de gens, admet-il. Des femmes vivent dans une situation de violence familiale, des jeunes vivent en situation d’itinérance visible ou invisible et des aînées ont de la difficulté à joindre les deux bouts. Mais j’ai entendu aussi un bon message que des groupes ont envie de faire mieux et de construire des logements abordables. »

« Il y a trois choses qu’il faut absolument faire, résume-t-il. Conserver les logements communautaires actuels et en construire davantage parce qu’il y a un grand nombre de familles qui n’y ont pas accès. Et troisièmement il faut assurer le financement de ces familles. »