Olivier Ross aimerait que les citoyens se réapproprient ce pont ferroviaire qui passe par-dessus la rivière Saint-François.

L’ancien pont ferroviaire converti pour les cyclistes ?

Le Sherbrookois Olivier Ross aimerait bien convertir l’ancien pont ferroviaire qui traverse la rivière Saint-François à la hauteur de la rue du Fédéral en pont cyclable. Même s’il est barricadé, des citoyens passent quotidiennement sur ce pont, malgré l’absence de clôture d’un côté.

« Il y a déjà des cyclistes et des marcheurs qui passent sur ce pont. On voit des élèves régulièrement qui vont à l’école et qui passent par là. S’il y a déjà des gens qui l’utilisent, pourquoi ne pas faire quelque chose d’officiel? » demande M. Ross.

« C’est plus ou moins sécuritaire actuellement, poursuit-il. Il y a des efforts pour barricader, mais les gens se réapproprient automatiquement le chemin. À la place d’empêcher les gens de l’utiliser, ce serait intéressant d’encadrer cette utilisation. Tant que la structure sera là, les gens vont l’utiliser. On n’a qu’à mettre un peu d’investissement et on va avoir quelque chose de sécuritaire et bon pour le transport actif. »

De plus, ce projet pourrait diminuer le nombre de vélos sur le pont Joffre. « On le voit, c’est un enjeu partout au Québec. Les cyclistes qui sont sur les routes, ça peut être dangereux pour les cyclistes et pour les automobilistes. Si l’on peut faire une voie de contournement, ce serait tant mieux », analyse Olivier Ross.

Olivier Ross aimerait que les citoyens se réapproprient ce pont ferroviaire qui passe par-dessus la rivière Saint-François.

Le Sherbrookois aimerait que les citoyens de sa ville utilisent ce pont. « Pour l’instant, je vois le projet comme étant sherbrookois. Je vois des citoyens qui se réapproprient leur milieu qui transforme une vieille voie ferrée en piste cyclable. Cependant, il y a beaucoup d’intérêt à l’extérieur de Sherbrooke pour ce projet, car la voie ferrée va jusqu’à Saint-Joseph-de-Coleraine en passant par les municipalités du Haut-Saint-François. »

Le projet en est à ses balbutiements. « À mon grand bonheur, il y a déjà beaucoup de gens intéressés par ce projet dans différents milieux. Je suis en train de me créer une équipe. Je vais aller chercher les études faites sur ce pont et chiffrer le projet. Après, l’objectif sera de répandre le projet et de voir si la population veut embarquer là-dedans », explique-t-il.

Olivier Ross aimerait que les citoyens se réapproprient ce pont ferroviaire qui passe par-dessus la rivière Saint-François.

« Je vois ce projet sur trois ans. La première année, j’explore. Je veux aller me chercher des appuis politiques et chiffrer. Pour les deux autres années, on verra si le projet va de l’avant. »

Selon lui, les chemins de fer sont des parcours idéals pour des cyclistes. « Sur les chemins de fer, il n’y a pas beaucoup de dénivelés et de virages secs. C’est efficace pour les gens qui font du vélo. Nous sommes dans une forêt. Ce serait facile et c’est beau », indique M. Ross.

Olivier Ross aimerait que les citoyens se réapproprient ce pont ferroviaire qui passe par-dessus la rivière Saint-François.

Évelyne Beaudin intéressée

La conseillère municipale Évelyne Beaudin est intéressée par ce projet de piste cyclable. « C’est une super bonne idée, commente-t-elle. C’est une infrastructure inutilisée, qui, à peu de coûts, devient utilisable. Ça amènerait un nouveau dynamisme et c’est dans la mouvance actuelle du projet de revitalisation du centre-ville. »

« On n’a pas besoin de tasser personne, ajoute-t-elle. C’est encore plus facile qu’une piste cyclable de rue où l’on prévoit une espace pour un vélo, car on ne rivalise pas avec personne. Ça permettrait de raccorder certains bouts de piste cyclable. »

Olivier Ross aimerait que les citoyens se réapproprient ce pont ferroviaire qui passe par-dessus la rivière Saint-François.

« C’est l’idéal de construire autour de ce qui est déjà utilisé. On sait qu’on ne bâtira pas pour rien, car les gens l’utilisent déjà. J’ai souvent critiqué la piste cyclable devant le Carrefour de l’Estrie qui a coûté 2 millions de dollars, mais les gens ne vont pas souvent magasiner à vélo », poursuit Mme Beaudin.

Le chemin de fer appartient actuellement au ministère des Transports du Québec. Il est désaffecté depuis plusieurs années et le MTQ confirme qu’aucun projet n’est actuellement envisagé pour cette parcelle de voie ferrée.

Le président de la Société de transport de Sherbrooke, Marc Denault, n’avait pas entendu parler de ce projet, mais il sera à l’écoute. « Ça pourrait être intéressant autant au niveau réseau cyclable récréatif que touristique », analyse-t-il.

Le projet sera présenté au conseil de l’arrondissement des Nations, mardi soir.