Les courses libres hebdomadaires jumelant des co-coureurs à mobilité réduite et des coureurs volontaires sont une belle occasion de contribuer au mieux-être de chacun. Parmi les participants, on retrouve Lise Desnoyers accompagnant Ann Morin dans le Kartus et Normand Déry accompagnant Marie-Andrée Hamel.

L’amour de la course, ça se partage!

Des personnes à mobilité réduite ont désormais la chance de vivre les plaisirs de la course en plein air. Les Courses partagées, qui ont lieu chaque mercredi matin, leur permettent de se joindre à la course de sportifs bénévoles à bord de chaises adaptées.

Les Courses partagées amorcent cette semaine leur troisième saison, qui se poursuivra jusqu’au 10 octobre. Le projet, lancé par Marc Therrien et grandement supporté en temps par ses parents Huguette et René Therrien, gagne constamment en ampleur.

Tous les mercredis, les participants se donnent rendez-vous au parc Jacques-Cartier entre 9 h 30 et 11 h 30. On y jumelle les coureurs à leur co-coureur, pour qu’ils puissent ensuite librement s’aventurer autour du lac des Nations.    

« L’idée m’est venue du temps où je courais régulièrement, et je me suis dit que ce serait vraiment bien de pouvoir partager cette expérience-là avec ceux qui ne peuvent pas le faire, confie M. Therrien. Il me manquait un fauteuil roulant qui me permettrait de promener facilement des gens à mobilité réduite. J’ai donc contacté la faculté de génie de l’Université de Sherbrooke, et ils ont lancé le projet qui a mené aux fauteuils Kartus ».

M. Therrien a lui-même acheté six Kartus, pour permettre à cette activité d’exister. Il espère pouvoir amasser assez de dons afin d’en acheter cinq autres bientôt, vu l’engouement suscité.

Partager la joie de courir

Ann Morin, co-coureuse, est ravie de l’activité et des Kartus. « Je l’ai essayé, et quand je me suis rendu compte que j’étais capable de participer, que j’étais confortable malgré mon amputation, j’ai commencé à venir régulièrement. »

Les co-coureurs arrivent par transport adapté ou avec des proches. L’inscription à l’avance n’est demandée pour personne, puisque les bénévoles répondent à l’appel chaque semaine.

« On a des gens de tous les âges, universitaires comme retraités! On est au moins une vingtaine à chaque course », se réjouit M. Therrien, qui a dénombré 40 coureurs bénévoles à la dernière course de 2017.

Le projet est cependant loin d’être à son apogée. « On espère être de plus en plus nombreux, non seulement ici, mais aussi ailleurs. On aimerait que le modèle qu’on a bâti prenne de l’essor ailleurs au Québec, voire sur la planète », dit M. Therrien, qui confie noter un intérêt dans d’autres régions.

Lise Desnoyers et Normand Dery sont coureurs bénévoles depuis deux ans. « Le plaisir est à double sens! », commente Mme Desnoyers.  

Ils peuvent faire jusqu’à deux ou trois tours du lac. « On y va selon la demande des clientes! », ricane M. Déry, qui dit simplement vouloir apporter une bonne humeur et un bon moment de détente aux personnes qu’il transporte. « Ça fait changement de la télévision », complète-t-il.  

Des Kartus en CHSLD  


Déjà, l’idée a fait son chemin aux alentours, comme au Pavillon Saint-Joseph du CIUSSS de l’Estrie — CHUS. Josée Doyon a introduit l’an dernier au centre d’hébergement et de soins de longue durée la possibilité d’emmener les usagers dans les fauteuils de M. Therrien au parc du Champ-de-Mars. « Les Kartus entrent dans les ascenseurs! On peut donc se rendre directement à la chambre de l’usager, le transférer avec le lève-personne et l’emmener faire une course », dit celle qui attend avec excitation les deux Kartus qui ont été achetés par la Fondation Vitae pour l’installation.  

Les intéressés à prendre part ou à donner aux Courses partagées peuvent visiter le www.coursespartagees.com.