Ariel Jeffrey Kouakou

L'alerte Amber pour retrouver un garçon est levée, les recherches se poursuivent

MONTRÉAL - Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a levé en fin de soirée mardi l'alerte Amber qui avait été déclenchée en après-midi dans l'espoir de retrouver Ariel Jeffrey Kouakou, un garçon de 10 ans. Les policiers poursuivent leurs recherches.

Les enquêteurs ont pris la décision de lever l'alerte Amber vers 23 h parce que les critères pour la maintenir n'étaient plus tous satisfaits. Le Service de police a expliqué qu'il ne détenait pas de nouvelles informations permettant de localiser le garçon.
L'enfant a quitté son domicile de l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville vers midi lundi pour aller chez un ami, mais il n'a pas été aperçu depuis.
Ce sont des membres de sa famille qui ont signalé sa disparition lundi en fin d'après-midi.
Le déclenchement de l'alerte Amber est donc survenu plus de 24 heures après sa disparition, une procédure d'autant plus inhabituelle que cette disparition ne remplit pas les critères habituellement requis.
«Normalement, pour le déclenchement d'une alerte Amber, on a la description d'un ravisseur, la description d'un véhicule de fuite, des informations que l'on n'a pas dans ce cas-ci», a expliqué le sergent Laurent Gingras en entrevue avec La Presse canadienne.
Par contre, il y avait suffisamment d'éléments pour provoquer une grande inquiétude, a précisé le policier.
«On a des raisons de croire que le jeune pourrait être en danger, premièrement parce que ça fait plus de 24 heures que la disparition a été signalée», a-t-il dit, ajoutant que l'âge de l'enfant - 10 ans -, la température extérieure hivernale et l'absence d'historique de fugue ou de disparition militaient en faveur d'un déploiement plus important.
Bien que les policiers n'aient aucune indication que l'enfant ait été victime d'un acte criminel, «on ne peut pas l'exclure non plus à ce stade-ci», a fait valoir le sergent Gingras.
L'objectif premier du déclenchement d'une alerte Amber est «de rejoindre le plus grand nombre de personnes possible», a-t-il ajouté.
Une femme aurait aperçu le garçon dans un parc
La police s'entretenait mardi soir avec une femme qui aurait aperçu le garçon disparu, la veille vers 14h, dans le parc des Bateliers.
L'inspecteur de la police de Montréal Ian Lafrenière avait indiqué en fin de journée qu'une tierce personne avait informé la police concernant ce témoin.
«Une femme aurait vu vraisemblablement la personne disparue, et elle l'a dit à une personne qui était dans le parc, et c'est cette tierce personne-là qui est venue voir la police. On a toutes les raisons de croire que cela est vrai, étant donné que le parc des Bateliers est immédiatement à mi-chemin entre la résidence du jeune garçon et la résidence de son ami où il devait se rendre», indiquait M. Lafrenière.
Selon l'inspecteur, le garçon se serait rendu à destination chez son ami, et «voyant qu'il n'était pas là et que la porte était barrée, aurait voulu revenir vers chez lui». C'est à ce moment que la femme aurait pu le voir dans le parc.
«Nous ne croyons pas qu'elle a la clé de l'énigme et qu'elle va nous donner tous les détails, mais ne serait-ce que de lui parler et de savoir ce qu'elle a vu exactement pourrait nous aider à faire le chemin de tout ce qui s'est passé», a-t-il expliqué, rappelant l'importance de l'aide des résidants dans Ahuntsic-Cartierville.
«Aidez-nous, allez faire un tour de votre propriété, regardez dans le garage, sur le terrain. Il neige fortement, on a besoin de votre aide», a-t-il fait valoir.
Ariel Jeffrey Kouakou mesure 140 cm (environ 4'8''), pèse 40 kg (environ 90 livres), il a la peau noire, les yeux noirs et les cheveux noirs et il s'exprime en français.
Au moment de sa disparition, il portait un manteau noir avec un capuchon, un pantalon gris et des souliers jaunes.
Toute personne ayant de l'information à communiquer concernant cette disparition peut le faire de façon anonyme et confidentielle avec Info-Crime Montréal au 514 393-1133 ou au 911.