Annie Godbout, candidate pour le Parti libéral du Québec dans la circonscription de Richmond

L'agriculture et la 220 parmi les priorités de Godbout

La candidate libérale dans la circonscription de Richmond, Annie Godbout, a dévoilé une liste de ses priorités. Si le réseautage du secteur agroalimentaire demeure une préoccupation importante, Mme Godbout s'étonne d'être la seule à proposer de régler les problèmes de congestion sur la route 220 à Saint-Élie.

« La vitalité des communautés, c'est quelque chose qui me tient à coeur. Souvent, ce qu'il faut faire, ce sont des ponts entre les différentes sphères, comme l'agroalimentaire et la culture. J'ai recensé les entreprises de la circonscription et nous avons beaucoup de diversité. Il y a des fromageries, des bouchers, des boulangeries, des producteurs maraîchers...

« Des fois, ce qu'il faut, c'est asseoir ces gens autour d'une même table et de voir comment on peut les aider. Le concept des Créateurs de saveurs fait un bon travail, mais il faut aller plus loin. J'en ai parlé sur le terrain et oui, les intervenants sentent le besoin de concertation », dit Annie Godbout.

Le tourisme culturel et l'industrie agroalimentaire pourraient donc devenir deux importants moteurs économiques pour la région.

Mme Godbout s'étonne aussi qu'aucun de ses adversaires ne se soit engagé pour améliorer la circulation sur la route 220 entre le boulevard René-Lévesque et l'autoroute 10. « Personne d'autre n'en a parlé, mais ça me paraît essentiel. J'en ai discuté avec le ministre des Transports, André Fortin, et curieusement, il n'en avait jamais entendu parler. »

Les autres priorités concernent entre autres les conditions de travail des employés du milieu de la santé, particulièrement dans les régions. « Par exemple, à Asbestos, les gens doivent constamment se référer à Sherbrooke pour chacun des services. Même pour l'entretien de l'hôpital. Ils ont perdu une certaine autonomie de créer leur milieu de travail. Il faut donc être à l'écoute du personnel. Beaucoup d'indicateurs se sont améliorés avec les regroupements des CISSS et des CIUSSS, mais il faut encore travailler dans les petits milieux. »

Annie Godbout s'engage à appuyer la construction d'une nouvelle école secondaire à Sherbrooke. Si elle refuse de donner la priorité à un secteur de la ville, elle convient que le bassin de population est suffisamment grand dans Rock Forest-Saint-Élie-Deauville pour y justifier la présence d'une école secondaire. Elle appuierait aussi l'agrandissement de l'école Jardin-des-Lacs à Saint-Denis-de-Brompton.

La qualité de l'eau à Val-Joli la préoccupe également. « En 2018, il faut qu'il soit simple et sécuritaire de consommer de l'eau. »

Parmi ses autres priorités : soutenir le développement des enfants de 0 à 5 ans, permettre un accès à internet haute vitesse pour tous les citoyens, assurer la réfection de la route 257 entre Saint-Adrien et Ham-Sud, favoriser la mobilité verte et encourager l'entrepreneuriat chez les jeunes.

Députée ou mairesse?

Annie Godbout a aussi réagi aux propos de l'animateur Bernard Drainville, du 98,5 FM, qui prétendait cette semaine que l'ancienne équipe de Karine Vallières ne soutenait pas la candidature de Mme Godbout. Il ajoutait que les cercles libéraux racontent qu'elle fait actuellement campagne principalement pour préparer une éventuelle candidature à la mairie de Sherbrooke.

« J'ai trouvé ça complètement ridicule. La circonscription est beaucoup à l'extérieur de Sherbrooke. Quand je donne une poignée de main à Asbestos, à Richmond, à Windsor, je ne vois pas en quoi ça aiderait une candidature à la mairie. C'est vraiment du potinage pour me donner une mauvaise image », déclare Mme Godbout.

Elle ajoute que les organisateurs ayant contribué aux succès de la famille Vallières dans les 20 dernières années sont présents à son bureau de campagne au moins une dizaine d'heures chaque jour.

Pourquoi M. Drainville aurait-il communiqué ces informations? « Peut-être parce que ça va bien pour moi? Dans tous les sondages, à part celui de La Tribune, je suis à égalité avec M. [André] Bachand (de la Coalition avenir Québec).»