Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’agrégat de Fleurimont est maintenant terminé. Le coronavirus s’est fortement propagé dans cet arrondissement en décembre.
L’agrégat de Fleurimont est maintenant terminé. Le coronavirus s’est fortement propagé dans cet arrondissement en décembre.

L’agrégat de Fleurimont est maintenant terminé

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Article réservé aux abonnés
L’agrégat de Fleurimont est maintenant terminé. Le coronavirus s’est fortement propagé dans cet arrondissement sherbrookois durant le mois de décembre, si bien que la Santé publique de l’Estrie avait déclaré qu’il y avait un agrégat dans ce secteur le 11 décembre dernier.

Un mois plus tard, la situation est enfin rétablie. Au total, 677 Sherbrookois ayant pignon sur rue dans l’arrondissement de Fleurimont auront contracté la COVID-19 pendant un peu plus d’un mois.

Il s’agit grosso modo de la moitié des nouveaux cas confirmés de COVID-19 à Sherbrooke durant cette période.

Qu’est-ce qu’un agrégat? Un agrégat est un regroupement inhabituel de cas d'une même maladie dans une population, pour une zone géographique et une période de temps donnée.

L’arrondissement de Fleurimont est grand et c’est volontairement que la direction de Santé publique avait choisi de ne pas cibler de quartiers en particulier où l’on retrouverait le plus grand nombre de personnes infectées par le coronavirus.

La Santé publique, en collaboration avec ses partenaires, avait fait de nombreuses activités de sensibilisation pour rappeler les bonnes pratiques aux citoyens, en plus de tenir deux journées de dépistage mobile pour les citoyens dont les déplacements vers le centre désigné de dépistage étaient plus compliqués.

Il faut toutefois noter que les agrégats répertorient seulement les cas positifs déclarés dans la communauté et non pas les nouveaux cas déclarés dans les hôpitaux, les CHSLD et les résidences privées pour aînés.

Ainsi, il n’y a aucun lien entre l’agrégat de l’arrondissement Fleurimont et tout ce qui ce passe à l’Hôpital Fleurimont, qui est d’ailleurs toujours aux prises avec plusieurs éclosions au sein de l’hôpital.

Quatre agrégats, tous terminés

Depuis le début de la deuxième vague de la pandémie, la Santé publique de l’Estrie a dû faire face à quatre agrégats aux quatre coins de la grande région estrienne.

Le premier s’est produit dans le quartier d’Ascot, toujours à Sherbrooke, quelques jours seulement avant la rentrée scolaire du mois d’août. Cet agrégat a d’ailleurs marqué le début de la deuxième vague de la pandémie en Estrie.

Un peu plus tard, c’est dans la région de Lac-Mégantic et de Nantes que le coronavirus s'était propagé de façon inhabituelle.

Quelques semaines après, c’était au tour de la municipalité d’Asbestos d’être touchée de plein fouet.

Avec la fin de l’agrégat de Fleurimont, il n’y a plus d’agrégats actifs en Estrie actuellement.

Les agrégats de l’Estrie

Terminé le 14 janvier : Agrégat de de Fleurimont : 677 personnes

Terminé durant la période des Fêtes : Agrégat des municipalités d’Asbestos et de Danville (excluant les cas qui résident en milieu d’hébergement) : 246 personnes

Terminé durant la période des Fêtes : Agrégat des municipalités de Lac-Mégantic et de Frontenac (excluant les cas qui résident en milieu d’hébergement): 173

Terminé le 20 octobre : Agrégat d'Ascot (fin le 20 octobre) : 118 personnes