L'actualité en bref

Un autre viaduc de Magog est mal en point
Un autre viaduc d'autoroute est mal en point dans la région de Magog. Une structure à la jonction des autoroutes 10 et 55 devra être reconstruite, a appris La Tribune.
Le remplacement du viaduc est à la programmation 2017-2019 du ministère des Transports du Québec (MTQ), confirme la porte-parole Dominique Gosselin, conseillère en communication au MTQ en Estrie.
« La reconstruction ne se fera pas cette année même si elle est dans la programmation, dit-elle. Nous ne sommes pas encore en appel d'offres, explique-t-elle. Mais nous venons de lancer les contrats des plans et devis. »
« Nous n'avons pas d'échéancier pour cette reconstruction. »
Le viaduc en question se situe à la hauteur du kilomètre 121 de la 10. Depuis le printemps 2015, on ne peut pas circuler sur la voie de gauche quand on roule en direction nord juste avant d'accéder à la bretelle menant à l'autoroute 10 vers l'ouest.
Une flèche clignotante indique depuis ce temps aux automobilistes de se ranger à droite avant d'arriver sur le pont. On peut reprendre la circulation sur deux voies une fois sorti du pont.
Mme Gosselin assure que la structure est sécuritaire. « Le viaduc a dû être réduit à une seule voie », confirme-t-elle, sans donner plus de détail.
Rappelons que les travaux de réparation du viaduc de la sortie 118, non loin de là sur la 10, doivent avoir lieu cet automne. Claude Plante
Huntingville  : eau contaminée, cause inconnue
Les citoyens du secteur Huntingville, dans l'arrondissement de Lennoxville, doivent continuer de faire bouillir l'eau du robinet pendant une minute, et ce, jusqu'à nouvel ordre. Le mystère demeure entier en ce qui concerne la cause de la contamination de leur eau potable.
« Nous sommes en recherche intensive pour trouver la cause. Le problème n'est pas la qualité de l'eau potable fournie par la Ville, mais d'une maison ou d'un foyer qui serait encore raccordé sur l'ancien réseau d'eau potable. Nous avons analysé l'eau qui reste dans les anciens réservoirs, et elle n'est pas conforme », confirme Caroline Gravel, directrice des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke.
À force de multiples analyses, le foyer problématique a en effet été situé autour des anciens réservoirs qui sont toujours sur place.
« Nous faisons de multiples tests pour essayer de trouver une maison qui serait branchée aux deux réseaux. S'il le faut, on pourrait débrancher toutes les maisons, passer des caméras dans les tuyaux pour trouver la cause. On vérifie aussi les bornes-fontaines. Bref, on ne sait pas, on ne sait toujours pas, mais on cherche », assure Mme Gravel.
Les plus récentes analyses démontrent toujours la présence de coliformes totaux et atypiques dans l'eau potable acheminée à une quarantaine de résidences de ce secteur. Les conséquences d'une exposition à peuvent varier. Les symptômes les plus courants sont les suivants : nausée, vomissements et diarrhée.
Les résidences touchées sont situées sur les rues Campbell, Pharo, Pleasant View, Mitchell et Glenday.  Marie-Christine Bouchard
Les policiers auront les conducteurs distraits à l'oeil
« Texter ou conduire; faut choisir. » Voilà le thème de la campagne qu'ont lancée, vendredi, plusieurs services de police et la Société de l'assurance automobile du Québec.
L'opération, qui a été baptisée Distraction, inclura aussi les contrôleurs routiers et couvrira tout le territoire du Québec jusqu'à jeudi prochain. Elle portera sur toutes les formes de distraction au volant, mais plus particulièrement sur les messages textes.
Les distractions au volant, c'est tout ce qui fait quitter les yeux de la route. Elles demeurent l'une des principales causes de collisions sur les routes au Québec. Elles réduisent la concentration du conducteur et augmentent considérablement les risques d'être impliqué dans une collision ou de commettre d'autres infractions au Code de la sécurité routière.
«Au-delà des textos au volant, on parle des nombreuses distractions qu'on peut avoir lorsqu'on est derrière un volant: les divers appareils électroniques, les GPS qu'on a dans les véhicules, des gens qui fument et qui échappent leur cigarette, des gens qui se mettent du rouge à lèvres, des gens qui lisent des livres, des fois. C'est un danger», a relaté le lieutenant Jason Allard, porte-parole de la Sûreté du Québec. Marie-Christine Bouchard