L'actualité en bref

Les pluies abondantes pourraient faire gonfler les rivières
Le niveau de la Saint-François pourrait augmenter au cours des prochains jours.
La pluie abondante attendue au cours des prochains jours pourrait faire gonfler les rivières, forçant les autorités à se mettre sur un pied d'alerte.
Selon l'organisation municipale de sécurité civile de la Ville de Sherbrooke, les précipitations anticipées d'ici les prochains jours pourraient «favoriser la hausse du niveau de la rivière Saint-François. »
«Nous sommes en période de fonte printanière. Les sols et la neige sont plus saturés», explique Stéphane Simoneau, coordonnateur des mesures d'urgence.
«Nous nous attendons à ce que plusieurs cours d'eau génèrent de fortes crues qui vont s'approcher du seuil de « Veille » d'ici samedi, sans toutefois devoir procéder à une action subséquente.»
On surveillera de près l'évolution du niveau de la rivière. En cas de nécessité, des bulletins seront transmis, ajoute M. Simoneau.
Selon Surveillance de la crue des eaux, le débit de la rivière Saint-François était normal mercredi après-midi à la hauteur de l'embouchure de la rivière Magog, à près de 300 mètres cubes par seconde. Son seuil d'inondation minimum est à 1273 mètres cubes par seconde.
Depuis quelques jours, Environnement Canada maintient un « bulletin météorologique spécial » pour la région. On prévoit une « abondance de précipitations pour le reste de la semaine. » Claude Plante
«Nous avons tenu la première édition l'an dernier. Nous avions eu l'idée en février, un peu à la dernière minute, mais cette année on s'est organisé un peu plus tôt», explique  le directeur général de la Fondation Rock-Guertin, Denis Fortier.
Des denrées pour 300 familles à Pâques
Pour une deuxième année de suite, la Fondation Rock-Guertin confectionne des paniers de denrées pour les familles dans le besoin à Pâques. La distribution se fera dans l'avant-midi du 8 avril aux locaux de la de l'organisme, sur la rue de Cherbourg.
Des organismes et des travailleurs sociaux ont soumis les noms de plus de 300 familles afin que ces dernières puissent bénéficier d'un panier et célébrer la fête pascale.
Parce que la faim ne prend jamais de pause, selon le directeur général de la Fondation Rock-Guertin, Denis Fortier.
«Nous avons tenu la première édition l'an dernier. Nous avions eu l'idée en février, un peu à la dernière minute, mais cette année on s'est organisé un peu plus tôt», explique-t-il.
«Nous serons en mesure de donner des paniers d'une valeur d'environ 175 $ à 300 familles.»
Contrairement aux paniers de Noël, il ne s'agit pas d'une livraison. Les personnes qui ont été avisées par lettre devront se présenter samedi entre 8h30 et midi au 1061 de la rue de Cherbourg.
Une quarantaine de bénévoles seront sur place, ajoute M. Fortier.
Les paniers seront remplis entre autres d'oeufs, de jambon, de fèves au lard, de préparations à gâteau et de chocolat pour les enfants. Claude Plante