La Ville de Lac-Mégantic est fin prête à organiser une annonce officielle pour le coup d’envoi de la construction de la voie de contournement ferroviaire avec tout le décorum que cela implique.

Lac-Mégantic prête pour une annonce plus officielle

La Ville de Lac-Mégantic est fin prête à organiser une annonce officielle pour le coup d’envoi de la construction de la voie de contournement ferroviaire avec tout le décorum que cela implique.

Elle espère pouvoir accueillir le premier ministre Justin Trudeau et son ministre des Transports Marc Garneau lors d’une cérémonie à tenir en bonne et due forme, selon la mairesse Julie Morin.

Celle-ci réagissait à la sortie de M. Trudeau sur Twitter pour annoncer à son tour l’engagement de son gouvernement envers le projet tant attendu dans la région de Mégantic.

« Pour moi, le premier ministre a réaffirmé ce que M. Garneau avait annoncé récemment pour une participation substantielle dans le projet », dit-elle.

« Ce qui importe, c’est davantage le contenu que le contenant. C’est la première fois que le premier ministre s’exprime en public aussi clairement sur le projet. Nous nous en réjouissons. C’est certain que nous voulons une annonce officielle avec des chiffres et du concret, ici, à Lac-Mégantic. Il faut que ça se passe ici, avec le premier ministre, le ministre Garneau et le ministre des Transports du Québec André Fortin si possible. Avant le 6 juillet. »

Julie Morin

Rappelons que le message du premier ministre, lancé sur un média social vendredi soir faisait suite à une conversation téléphonique avec les maires de Lac-Mégantic, Nantes et Frontenac, initiée par le ministre des Transports Marc Garneau. Ce dernier était absent lors du Colloque sur la sécurité ferroviaire organisé par la Fédération québécoise des municipalités à Lac-Mégantic.

Mme Morin se dit surprise de la réaction négative soulevée chez certains devant l’annonce sur Twitter.

« Nous nous réjouissons de l’annonce du premier ministre, ajoute Mme Morin. Avec son annonce sur Twitter, c’est maintenant juste plus officiel. »

Selon elle, les deux paliers de gouvernement supérieur auront toutes les études en main d’ici la fin de la semaine pour pouvoir prendre une décision éclairée sur la suite des choses.

À la mi-mars, on apprenait que la Ville de Lac-Mégantic sera en mesure de remettre tous les documents nécessaires à une prise de décision de la part des paliers des gouvernements provincial et fédéral pour sa construction, soit l’étude d’opportunités, l’étude d’avant-projet préliminaire, le modèle d’affaires et l’étude des variantes. Dès le 1er avril, la phase « go no-go » pourra débuter. Les gouvernements donneront alors le feu vert ou arrêteront le projet.

Le ministre Garneau en attente du tracé

Le ministre des Transports, Marc Garneau, est sur le point de recevoir le tracé final de la voie de contournement ferroviaire qui a été déterminé par des discussions entre les maires de Lac-Mégantic, Nantes et Frontenac.

«Nous allons effectuer une annonce de notre plan avant le 5e anniversaire de la tragédie. Il reste des détails, comme le tracé final et l’étude de faisabilité par la firme AÉCOM. Ils nous permettront d’effectuer une évaluation des coûts. C’est un travail presque terminé. Je suis supposé recevoir un rapport bientôt. (...)La discussion pour le partage des coûts entre nous et le provincial avance bien », a confié M. Garneau.

Questionné sur l’échéancier de réalisation de la voie de contournement, il a reconnu qu’il serait bien si elle pouvait s’effectuer le plus tôt possible.

« Je sais que les Méganticois ont hâte qu’elle se construise, mais nous devons bien faire nos devoirs pour un beau projet afin de sortir le train du centre-ville. Je supporte à 100 pour cent la consultation finale de la mairesse Julie Morin avec Nantes et Frontenac. Quand nous aurons le tracé proposé, nous serons en bonne position pour qu’un échéancier suive assez rapidement avec l’achat des terres nécessaires pour la construction avec un promoteur, cela fait partie des détails importants. De grandes décisions devront être prises quant au financement et  aux autres étapes majeures du processus. »

M. Garneau n’a pas voulu s’avancer sur le pourcentage du coût que son gouvernement est prêt à assumer et a rappelé que les discussions avec le gouvernement québécois sont confidentielles. Des montants oscillant entre 115 et 185 millions $ ont été avancés jusqu’ici, pour réaliser le projet, tout dépendant des options.

« Le nouveau tracé déterminera une nouvelle évaluation des coûts, si les trois maires soumettent un parcours différent », dit M. Garneau.  -  Ronald Martel