Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La mairesse de Lac-Mégantic Julie Morin entend bien faire le nécessaire auprès du nouveau ministre des Transports Omar Alghabra pour réaffirmer sa volonté de voir le projet de voie de contournement se concrétiser dans les meilleurs délais.
La mairesse de Lac-Mégantic Julie Morin entend bien faire le nécessaire auprès du nouveau ministre des Transports Omar Alghabra pour réaffirmer sa volonté de voir le projet de voie de contournement se concrétiser dans les meilleurs délais.

Lac-Mégantic a de grandes attentes pour le nouveau ministre Alghabra

Jacynthe Nadeau
Jacynthe Nadeau
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Le nouveau ministre fédéral des Transports, Omar Alghabra, aura fort à faire non seulement pour l’industrie aérienne, mais aussi dans le dossier de la sécurité ferroviaire et de la voie de contournement à Lac-Mégantic.

C’est du moins l’avis de la mairesse Julie Morin et du porte-parole de la Coalition des citoyens engagés pour la sécurité ferroviaire Robert Bellefleur.

« Considérant l’importance que revêt le projet de voie de contournement ferroviaire à Lac-Mégantic et la priorité que lui accordait le ministre Garneau dans les dernières années, j’ai confiance qu’il fera un transfert adéquat du dossier à son collègue », a réagi la mairesse en annonçant qu’elle fera néanmoins le nécessaire auprès de M. Alghabra pour réaffirmer sa volonté de voir le projet se concrétiser dans les meilleurs délais.

« Le projet a obtenu l’appui du premier ministre Justin Trudeau lui-même, ainsi que de tous les partis d’opposition à Ottawa, ajoute-t-elle, donc je n’ai aucun doute que l’équipe de fonctionnaires attitrée à la réalisation du projet poursuivra son travail avec la même ardeur. »

Rappelons qu’au 7e anniversaire de la tragédie, le 6 juillet dernier, le gouvernement du Québec confirmait que le dossier progressait de façon satisfaisante et que l’échéancier de 2021 pour le début des travaux serait respecté. 

Trois mois plus tard, en octobre, Transports Canada confirmait à son tour être prêt à passer à l’étape des plans et devis pour un début de construction en 2021-2022. 

Sur le terrain, TC en est à l’étape de négocier avec les propriétaires concernés. Il espère arriver à des ententes de gré à gré, mais des enjeux d’accès aux terres agricoles qui seront scindées en deux et d’entretien de ces accès ralentissent les discussions. 

Écoute et flexibilité

Du côté de la Coalition des citoyens engagés pour la sécurité ferroviaire, on espère que le ministre Alghabra saura faire preuve d’écoute et de flexibilité, exprime le porte-parole Robert Bellefleur.

« Tout ce qu’on peut espérer, c’est que ce changement ministériel n’ait pas d’impacts négatifs sur la poursuite du projet de voie de contournement. On souhaite même que le nouveau ministre ait plus d’ouverture peut-être que le ministre Garneau par rapport à des aménagements possibles pour satisfaire les municipalités de Frontenac et de Nantes. »


« Il reste beaucoup de travail à faire pour assurer un minimum de sécurité aux populations. »
Robert Bellefleur

À propos des négociations en cours avec les propriétaires de terres agricoles, par exemple, Robert Bellefleur estime que le fait de leur aménager des accès ne change rien au tracé de la voie ferrée ni aux échéanciers de construction.

« Ce qui était souhaitable, dit-il, c’est que ce soit des ententes de gré à gré qui facilitent le processus, mais actuellement on serait dans une phase de contestation. À ce moment-là, on devra enclencher le processus d’expropriation, qui est plus long, plus complexe, et plus dispendieux au bout du compte. C’est pour ça qu’on souhaite que le nouveau ministre ait plus d’ouverture, de flexibilité et de compréhension à l’égard des citoyens parce qu’à date, le dossier de la voie de contournement est géré d’une façon très autocratique par Transports Canada. »

En matière de sécurité ferroviaire, Robert Bellefleur porte également à l’attention du nouveau ministre que le Bureau de la sécurité des transports (BST) rapportait dans son bilan de juillet 2020 une hausse de 42 % des accidents ferroviaires au pays depuis 10 ans. 

« Il reste beaucoup de travail à faire pour assurer un minimum de sécurité aux populations qui vivent près des voies ferrées, dit Robert Bellefleur. Le nouveau ministre va avoir fort à faire pour rattraper le temps perdu. »

Ministre des Transports depuis 2015, Marc Garneau a été nommé aux Affaires extérieures dans le remaniement de mardi. Son successeur aux Transports, Omar Alghabra, est député de Mississauga-Centre en Ontario.