La Ville de Sherbrooke tentera d’ouvrir toutes les patinoires extérieures cet hiver.
La Ville de Sherbrooke tentera d’ouvrir toutes les patinoires extérieures cet hiver.

La Ville veut garder ses patinoires ouvertes cet hiver

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
La Ville de Sherbrooke tentera d’ouvrir toutes ses patinoires extérieures cet hiver malgré la pandémie de COVID-19. Si les services municipaux ont étudié les options pour réduire la pression des dépenses sur le budget 2021, la réduction du nombre de patinoires ou de surface glacées semble de plus en plus écartée.

En mai, un argument qui militait pour la réduction du nombre de patinoires était l’achalandage en baisse et les conditions hivernales de moins en moins propices. Le conseil municipal a toutefois rejeté cette idée à huis clos mardi, avant la séance du conseil municipal. La présidente du conseil, Nicole Bergeron, avait indiqué qu’une décision concernant les patinoires serait communiquée la semaine prochaine. Le maire Steve Lussier a finalement confirmé dans les heures suivantes qu’il ferait tout pour permettre l’ouverture de toutes les patinoires extérieures. 

« J’ai une sensibilité parce que les jeunes ne vont pas à l’extérieur à cause de la COVID. Certaines patinoires sont plus complexes que d’autres à ouvrir à cause des règles sanitaires, mais on va tout mettre en œuvre pour ouvrir les patinoires », a résumé M. Lussier.

Dans un communiqué mercredi, il ajoute que Sherbrooke continuera d’être, parmi les dix plus grandes villes de la province, celle qui offre le plus grand nombre de patinoires extérieures. « En ces temps difficiles, la population a besoin de toutes les activités extérieures disponibles. »

La Ville précise que le Service de l’entretien et de la voirie évaluera toutes les mesures à mettre en place afin de respecter les consignes sanitaires pour les différents paliers d’alertes et, si possible, il offrira le maximum de surfaces glacées pour la prochaine saison.

En début de séance du conseil, le citoyen Éric Beaudet disait s’inquiéter pour l’ouverture de la patinoire au parc André-Viger. Il faisait valoir que le patinage est la seule activité offerte en hiver aux citoyens du quartier. Il ajoutait que plusieurs jeunes immigrants font leurs premiers coups de patin sur cette patinoire. 

En fin de séance, la conseillère Évelyne Beaudin avait fait un plaidoyer pour l’ouverture des patinoires, mais aussi pour assurer une façon de soutenir les citoyens bénévoles qui s’occupent de certaines des surfaces glacées extérieures. Elle mentionne que les patinoires entretenues par des bénévoles coûtent entre 6000 et 7000 $ alors celles entretenues par la Ville coûtent entre 20 000 et 21 000 $. 

À la Ville de Sherbrooke, on précise que les coûts d’entretien municipaux incluent la gestion des bâtiments et l’acquisition des équipements, alors que ce n’est pas le cas pour les coûts liés à l’entretien par les bénévoles.

« Si on veut avoir le même nombre de patinoires et arrêter l’hémorragie, il faut soutenir les comités de citoyens. Il faut être imaginatif, créatif: on pourrait leur offrir des vêtements personnalisés ou opter pour un affichage dans les locaux pour les citoyens, pour qu’ils sachent que leur patinoire est entretenue par des bénévoles. » 

Mme Beaudin souhaite que la Ville encourage la pratique du patin et la prise en charge des animations des surfaces glacées par des organismes communautaires.