La Ville de Sherbrooke procédera au nettoyage du terrain de Philippe Morneau, sur la rue Émery-Fontaine, souillé par des eaux usées en décembre.

La Ville nettoiera le terrain souillé rue Émery-Fontaine

La Ville de Sherbrooke procédera au nettoyage du terrain du citoyen Philippe Morneau, sur la rue Émery-Fontaine, souillé par des eaux usées en décembre. On admet du même coup une erreur de communication dans la chaîne de commandement dans les heures et les jours qui ont suivi le déversement.

Les travaux seront réalisés dans les prochains jours, assure Jean-Pierre Fortier, chef de division gestion des eaux et construction à la Ville de Sherbrooke. On procédera aussi à la remise en état du fossé d’une propriété privée de Philippe Morneau. On pourrait retourner sur les lieux ce printemps en cas de besoin.

À LIRE AUSSI: Déversement d'eaux usées: un citoyen invité à porter plainte

Son terrain recouvert d’eaux usées

« Le 13 décembre dernier, la Ville a corrigé le raccordement illicite d’une entreprise de la rue Émery-Fontaine, dont les eaux usées étaient déversées dans une conduite d’eaux pluviales qui se jettent directement dans la rivière Magog », a noté M. Fortier en point de presse jeudi après-midi.

« Lors de ces travaux correctifs, des eaux usées inattendues ont dû être pompées d’urgence dans la rue Émery-Fontaine pendant une dizaine de minutes. Sans ce pompage d’urgence, le réseau d’aqueduc du secteur aurait été contaminé et un avis d’ébullition de plusieurs jours aurait été nécessaire. »

Ces eaux usées se sont rendues jusqu’au fossé de la propriété privée située en contrebas. « La rue a été nettoyée dans les heures suivantes. Le personnel de la Ville de Sherbrooke n’est toutefois pas intervenu sur-le-champ dans le fossé puisque les interventions municipales sur un terrain privé ne sont pas une pratique courante et doivent faire l’objet d’une analyse au préalable », a expliqué par la suite M. Fortier.

« Nous avons procédé à des échantillonnages dans le fossé privé le 23 décembre afin de confirmer l’absence d’hydrocarbures, comme elle s’y attendait. En raison des vacances des Fêtes, les résultats de ces échantillonnages ont été obtenus en début de semaine. Ils s’avèrent négatifs. Avec ces résultats en main, la Ville a pu déterminer la méthode d’intervention qui sera utilisée. »

Jean-Pierre Fortier, chef de division gestion des eaux et construction à la Ville de Sherbrooke

Les sédiments seront siphonnés avec de l’équipement spécialisé au besoin. Par la suite, la Ville procédera à la remise en état du fossé au moment opportun. Les opérations coûteront quelques milliers de dollars, estime Jean-Pierre Fortier.

« Nous prenons nos responsabilités dans ce dossier et nous aurions dû agir plus rapidement. De concert avec la direction générale, nos façons de faire ont déjà été modifiées à l’interne afin qu’un tel délai ne se reproduise pas lorsqu’une situation exceptionnelle comme celle-ci survient », souligne pour sa part le maire de Sherbrooke, Steve Lussier.

Le conseiller municipal du district du Lac Magog, Pierre Tremblay, s’est dit satisfait de la tournure des événements. Il remercie aussi M. Morneau qui a fait preuve d’ouverture depuis le déversement.

« Je suis heureux de constater que la démarche que j’ai entreprise avec le citoyen concerné donne des résultats et que le terrain sera nettoyé prochainement, dit-il. Je suis surtout heureux pour le citoyen pour qui le cauchemar tire à sa fin. Je remercie les services municipaux qui ont pris les choses en main. Je souhaite que ce dossier serve de leçon pour l’avenir afin que ça ne se reproduise plus jamais. »

« Je trouve cependant déplorable qu’encore une fois, des sorties publiques aient dû être faites pour faire bouger les choses plus rapidement dans ce dossier. La Ville aurait dû s’engager beaucoup plus rapidement à réparer le terrain de M. Moreau, la faute de la municipalité étant tellement évidente. Comment se fait-il qu’un citoyen doive se battre ainsi pour se faire entendre par sa municipalité quand c’est elle-même qui est en faute? Pour moi, ça n’a aucun sens. Je souhaite que ce dossier serve de leçon pour l’avenir, pour que ça ne se reproduise plus jamais. »