Annie Godbout : « On se rend compte qu’avec le budget qu’on met, on ne fait vraiment pas grand-chose. C’est un peu triste. Plus on va avoir des pistes cyclables utilitaires, plus les gens vont les utiliser. Je me questionne comme élue : peut-être qu’il va falloir penser à en mettre un peu plus. »

La Ville ajoute trois tronçons cyclables

Grâce à une enveloppe de 350 000 $, trois nouveaux tronçons cyclables totalisant 800 m seront aménagés sur le territoire de la Ville de Sherbrooke cet été. La Ville procédera du même coup à deux études pour l’ajout éventuel de deux autres liens cyclables.

Il est prévu d’aménager une piste hors chaussée de 200 m sur la rue Galt Est, entre la rivière Saint-François et la rue Bowen. Une bande cyclable de 210 m est prévue sur la rue Vanier pour établir un lien entre le lac des Nations et la rue Marcil. Un tronçon de 385 m est pour sa part prévu le long du boulevard de l’Université, entre les rue Imelda-Lefebvre/Papineau-Couture et la rue Fernand-Bachand.

Quant aux études de faisabilité, elles visent d’abord à trouver le circuit optimal pour faire le lien entre le pont Jacques-Cartier et l’Université de Sherbrooke. Plusieurs tracés potentiels peuvent être envisagés, chacun avec ses avantages. Ensuite, la Ville cherchera la meilleure façon de relier le centre-ville au mont Bellevue.

Le budget d’immobilisation 2018 prévoyait des investissements de 250 000 $. Une somme résiduelle de 100 000 $ permet de gonfler cette enveloppe. Selon le sommaire décisionnel de la Ville de Sherbrooke, « la sélection des tronçons est établie en répartissant les travaux à différents secteurs du réseau existant afin d’en assurer la continuité ». Les effets des travaux peuvent entraîner des diminutions de largeur de chaussée, des interdictions de stationner, de nouveaux aménagements ou l’enlèvement d’une voie de circulation.

Annie Godbout juge les sommes injectées insuffisantes. « On se rend compte qu’avec le budget qu’on met, on ne fait vraiment pas grand-chose. C’est un peu triste. Plus on va avoir des pistes cyclables utilitaires, plus les gens vont les utiliser. Je me questionne comme élue : peut-être qu’il va falloir penser à en mettre un peu plus. Peut-être que de connaître les priorités en matière de pistes cyclables nous aiderait à mettre plus d’argent. »

Mme Godbout cite la piste cyclable du boulevard des Vétérans, qu’elle aurait souhaité voir prolongée vers le boulevard Mi-Vallon.

Marc Denault a rappelé que le plan directeur de transport actif a été adopté en 2016. « Parmi les enjeux principaux, nous avions prévu tout près de 50 M$ en investissements. 75 % allaient au réseau piéton et 25 % aux pistes cyclables. En 2016, nous avions 135 km de pistes cyclables sur le territoire et l’objectif est d’atteindre 240. Le questionnement est de savoir si on veut accélérer. Une corrélation devra se faire avec l’argent investi. En 2015, nous avions réalisé 4,1 km pour 500 000 $. Cette année, nous investissons la moitié de cette somme. Il y a une réflexion que nous aurons à avoir. C’est sûr qu’il y avait des contraintes cette année, mais nous aurons la chance de revoir notre positionnement pour l’année 2019. »

Trottoirs

Par ailleurs, cinq trottoirs seront reconstruits grâce à une enveloppe de 400 000 $. Ils sont situés sur la rue Saint-François Nord, entre Déziel et King Est, sur la rue Galt Ouest, entre Maurice-Duplessis et Desnoyers, des deux côtés de la rue, et sur le boulevard de Portland, entre les rues Meilleur et Lauzon et entre Lauzon et Irène-Couture, du côté nord. Le passage piétonnier entre les rues Viel et Vichy sera aussi reconstruit.