La piscine du Cégep de Sherbrooke devra être rénovée d’ici trois ou quatre ans, selon la directrice générale du Cégep.

La Ville aidera pour la piscine du CAP

La Ville de Sherbrooke investira 1,05 million de dollars dans la piscine du Cégep de Sherbrooke. Cependant, cette aide financière est conditionnelle à ce que le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MÉES) octroie une subvention de 2,1 millions de dollars au Cégep.

L’institution demande cette subvention pour une deuxième fois. Elle lui avait été refusée il y a quelques années. « L’appui de la Ville de Sherbrooke est une bonne nouvelle, car nous avons un appui concret de la sphère municipale », a commenté la directrice générale du Cégep, Marie-France Bélanger.

Selon elle, la piscine est souvent utilisée, autant par le club de natation des Volontaires que par les citoyens pour des bains libres, des cours prénataux ou des cours pour les aînés.

Les utilisateurs n’ont pas à s’inquiéter : ils peuvent profiter des installations aquatiques du Cégep sans se soucier de la dangerosité des lieux. « Pour l’instant, la piscine n’est ni insalubre ni dangereuse. Il faudrait s’assurer de la réparer d’ici trois ou quatre ans. Il faudrait prévoir fermer la piscine pour environ six mois, pour effectuer les travaux », a expliqué Mme Bélanger.

De plus, si le ministère accorde sa subvention, ce ne sont pas uniquement les infiltrations qui seront réparées. Le bassin sera changé et le plancher autour de la piscine sera rénové.

De son côté, le directeur du Service des sports, de la culture et de la vie communautaire de la Ville de Sherbrooke, Jean-Yves La Rougery, pense qu’il était important que Sherbrooke donne son appui au Cégep. « C’est la seule piscine intérieure de l’est de Sherbrooke. Dans ce secteur, où il y a plus de 42 000 personnes, c’est quand même une population importante à desservir. On voyait très bien qu’ils avaient besoin de leur municipalité pour éviter qu’on ferme cette piscine », a-t-il commenté lors d’une entrevue téléphonique.

« On va espérer que le message s’est rendu aux autorités concernées », a conclu M. La Rougery.