Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
De nombreux Estriens de plus de 70 ans étaient soulagés de recevoir enfin leur première dose de vaccin contre la COVID-19 lundi.
De nombreux Estriens de plus de 70 ans étaient soulagés de recevoir enfin leur première dose de vaccin contre la COVID-19 lundi.

La vaccination démarre en force même si AstraZeneca inquiète [VIDÉO]

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Article réservé aux abonnés
C’est parti! Pas moins de 1600 citoyens de 70 ans et plus vivant à domicile ont reçu une première dose de vaccin contre la COVID-19 lundi. « Enfin on vaccine la population! Ce qu’on prépare depuis des semaines, tous les rendez-vous que l’on a planifiés, c’est maintenant que ça commence », explique Jean Delisle, le directeur de la campagne de vaccination en Estrie, sans cacher son enthousiasme.

Ils s’ajoutent aux quelque 26 000 travailleurs de la santé, résidents de CHSLD et de résidences privées pour aînés (RPA) qui ont reçu leur première dose depuis la fin décembre.

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS avait en banque lundi des doses de vaccin de Pfizer-BionTechn et d’AstraZeneca.

Dans les prochains jours et les prochaines semaines, on attend aussi des doses du vaccin de Moderna.

« Tous les vaccins sont bons et toutes les doses sont utilisées jusqu’à  la toute dernière», indique Jean Delisle.

Le CIUSSS de l'Estrie doit aussi les distribuer dans les huit autres centres de vaccination de masse sur le territoire de l’Estrie, en plus d’en donner les quantités suffisantes aux équipes mobiles de vaccination.

Jean Delisle, directeur de la campagne de vaccination en Estrie.

« Je dis souvent qu’on joue à Tetris sur un taureau en train de faire un rodéo », image Jean Delisle en riant, faisant référence à ce jeu où toutes les pièces doivent s’emboiter sans laisser un seul espace libre tout en tombant de plus en plus rapidement à mesure que le temps avance.

« Une fois qu’on reçoit un lot de vaccins, on a sept jours pour le passer. Alors s’il y a des doses résiduelles, ça crée une gymnastique pour toutes les passer. Par exemple en fin de semaine, mes équipes ont ouvert plus de plages horaires cette semaine après ajustement », indique Jean Delisle.

Chaque vaccin arrive avec ses contraintes sur les déplacements, les températures, les lots à séparer ou non, le nombre de doses par fioles…

123 personnes refusent le vaccin

Au total, 123 personnes ont refusé de recevoir un vaccin provenant d’AstraZeneca ou de Covishield lundi lors de la première journée de vaccination de masse.

Soulignons que les vaccins Covishield et AstraZeneca sont exactement pareils : il s’agit du même vaccin, de la même recette, mais fabriqués par deux manufacturiers différents.

C’était le début de vaccination de masse en Estrie lundi.

« On n’offre pas la possibilité aux gens de choisir leur vaccin. Mais on rappelle que nos directeurs de santé publique, nos épidémiologistes, nos infectiologues, notre ministre de la santé, et Santé Canada nous rappellent qu’AstraZeneca est un vaccin aussi efficace que les autres », clame M. Delisle.

Pendant ce temps, lundi matin, les premiers ministres Justin Trudeau et François Legault ont réitéré leur confiance envers le vaccin d’AstraZeneca, dont l’administration a été suspendue dans plusieurs pays européens, dont l’Allemagne, la France et l’Italie, qui se sont ajoutés à la liste des pays suspendant temporairement l’administration de vaccins AstraZeneca.

« La Santé publique du Québec fait un suivi d’heure en heure et nous dit qu’il n’y a aucun risque avec le vaccin d’AstraZeneca et qu’il est sécuritaire », a affirmé le premier ministre François Legault.

« L’objectif, c’est d’être vacciné contre la COVID-19 », souligne Jean Delisle.

« Le meilleur vaccin pour vous c’est le premier qui vous est offert », a aussi dit en point de presse le premier ministre du Canada Justin Trudeau.

« Cette nouvelle phase de la vaccination qui s’amorce en Estrie représente une étape de plus dans cette lutte contre la COVID-19. Cette journée rappelle également que la pandémie n’est pas derrière nous et qu’il est important de continuer de respecter les mesures sanitaires en tout temps comme la distanciation physique de deux mètres, le lavage des mains et le port du masque de procédure ou du couvre-visage », rappelle Jean Delisle.

Soulignons aussi que la vaccination a aussi commencé lundi dans quatre autres réseaux locaux de services (RLS) de l’Estrie, soit le Haut-Saint-François, le Val-Saint-François, Memphrémagog et la Haute-Yamaska.

La vaccination commencera au cours des prochains jours à Cowansville, Coaticook, Lac-Mégantic et Val-des-Sources.

La vaccination est offerte sur rendez-vous, pour le moment, aux personnes de 70 ans et plus. La meilleure façon de réserver une place pour recevoir le vaccin contre la COVID-19 est de visiter le site Internet Québec.ca/vaccinCOVID. Les personnes qui n’ont pas accès à Internet ou qui éprouvent des difficultés à l’utiliser peuvent composer le 1 877 644-4545 pour recevoir du soutien.

De nombreux Estriens ont fait la file à l’extérieur, lundi matin, pour recevoir leur vaccin au centre de foires de Sherbrooke. La situation s’est toutefois corrigée en milieu de journée.