Le comité de la relance de La Tribune est composé du directeur de l’information Louis-Éric Allard, de la journaliste Mélanie Noël, d’Alain LeClerc, directeur des ventes et des cahiers spéciaux à La Tribune et de la journaliste Isabelle Pion.

La Tribune lance sa coopérative de solidarité

Inspirés par la vague d’amour et les nombreux appuis qui se sont manifestés depuis un mois et demi, les artisans de La Tribune ont lancé lundi leur projet de coopérative de solidarité pour assurer la relance du quotidien sherbrookois.

La campagne est coordonnée avec celles des employés des six quotidiens du Groupe Capitales Médias, dont fait partie La Tribune, en vue du démarrage de six coopératives de solidarité.

Lire aussi : Groupe Capitales Médias: les employés lancent une campagne pour appuyer leur coopérative

« Ça ne se peut pas que La Tribune ferme ses portes! Qu’est-ce qu’on peut faire pour vous aider? » avait-on entendu à de multiples reprises en Estrie depuis que le Groupe Capitales Médias s’est placé sous la Loi sur la faillite et l’insolvabilité le 19 août dernier, créant une onde de choc dans la communauté. 

« Nous souhaitons maintenant que cette vague d’amour se transforme en soutien financier », explique Isabelle Pion, membre du comité de relance de La Tribune avec Louis-Éric Allard, Alain LeClerc et Mélanie Noël. C’est pourquoi le comité de relance de La Tribune a annoncé lundi la mise en ligne d’un microsite, coopmonjournal.com, qui permet dès aujourd’hui à la population de soutenir son projet de création d’une coopérative de solidarité.

« La crise actuelle et la crainte de voir disparaître La Tribune ont fait prendre conscience à plusieurs de la valeur de leur quotidien et nous a obligés à réfléchir à de nouvelles façons de faire », explique Louis-Éric Allard.

L’objectif de la coopérative est la poursuite d’une couverture médiatique régionale par un organisme soutenu par sa communauté et porté par une équipe de travailleurs qui a à cœur sa mission, soit la production d’une information régionale indépendante de qualité.

« On est ici pour solliciter l’appui de toute notre communauté, c’est-à-dire l’ensemble de nos lecteurs, nos voisins, nos élus, nos parents, nos amis, les acteurs de notre actualité quotidienne. C’est le moment de manifester votre attachement au quotidien qui écrit votre histoire depuis près de 110 ans », souligne Mélanie Noël.


« La crise actuelle et la crainte de voir disparaître La Tribune ont fait prendre conscience à plusieurs de la valeur de leur quotidien. »
Louis-Éric Allard, membre du comité de relance

Le microsite permet d’appuyer, par une lettre d’intention, une des six coopératives locales qui seront créées si la proposition faite par l’ensemble des quotidiens régionaux est choisie par le syndic en charge du dossier du Groupe Capitales Médias, qui comprend La Voix de l’Est, Le Nouvelliste, Le Soleil, Le Droit, Le Quotidien et La Tribune.

« Pour le moment, on demande à monsieur et madame Tout-le-Monde de s’engager à contribuer à notre projet qui vise à assurer la survie de La Tribune en se rendant sur le site coopmonjournal.com, en choisissant l’onglet Je coopère pour La Tribune et en choisissant le montant de la contribution. Le somme devra être déboursée dans un deuxième temps, uniquement si le projet de relance que nous proposons au syndic est retenu », mentionne Isabelle Pion, précisant que la décision qui déterminera l’avenir de La Tribune devrait être connue au début du mois de novembre.

Tous les dons seront les bienvenus. « Même les 10 $ feront la différence », soutient Mélanie Noël.

« On est convaincu que la création d’une coopérative est le meilleur véhicule pour que les régions puissent sauver leurs quotidiens. C’est un projet d’abord et avant tout porté par les employés des journaux », explique Alain LeClerc.

Rappelons que, dès le 24 août, plus d’une vingtaine de leaders représentant les plus importantes institutions de la région se sont réunis d’urgence afin de formuler une déclaration commune promettant d’offrir leur appui à d’éventuels acheteurs de La Tribune. Ce mouvement d’appui a été lancé par l’ancien maire de Sherbrooke Jean Perrault.