Le maire élu Steve Lussier et le maire sortant Bernard Sévigny ont échangé pendant une quarantaine de minutes, mercredi, avant de se présenter devant les médias pour un point de presse commun.

La transition s’enclenche à la mairie

Une quinzaine de dossiers ont été abordés par le maire sortant Bernard Sévigny et le maire désigné Steve Lussier, mercredi, à l’occasion de leur première rencontre qui a duré une quarantaine de minutes à l’hôtel de ville. M. Sévigny rapporte avoir donné quelques conseils d’usage et assure qu’il ne jouera pas « les belles-mères ». Il a expliqué son silence des derniers jours comme étant son choix dans les circonstances.

« Très belle rencontre avec M. Sévigny. Il y a beaucoup de dossiers à la Ville, alors je trouvais la rencontre importante entre les deux parties. On voulait s’assurer que les dossiers puissent suivre avec la bonne information, entre autres Well inc., l’aéroport », a résumé Steve Lussier.

« Ç’a été très constructif. La vie continue. Les dossiers évoluent. Il y a une période électorale, mais il y a beaucoup de gestionnaires qui sont en attente. Pour les dossiers les plus d’actualité, il fallait les actualiser avec le nouveau maire. C’est ce qu’on a fait parce qu’il y a des décisions à prendre dans les prochains jours, les prochaines semaines, les prochains mois. Sur les principaux dossiers, il fallait que M. le maire ait la compréhension. Il y en a beaucoup encore, c’est complexe, mais au moins, c’est une première », a ajouté Bernard Sévigny.

Interrogé à savoir s’il détruirait certains documents avant de quitter l’hôtel de ville, M. Sévigny a répondu par la négative. « Ce sont des dossiers administratifs, essentiellement, qui sont pilotés par des fonctionnaires. Ils sont sur des supports informatiques. On n’est pas à l’ère du papier. Toute cette information est disponible pour le nouveau maire. Évidemment, j’ai ramassé les notes manuscrites que j’ai prises. De toute façon, M. Lussier aura le support de l’administration municipale.

On a discuté d’une quinzaine de dossiers, mais il y en a des centaines à la Ville de Sherbrooke. »

Pas d’avis stratégiques

Bernard Sévigny rapporte ne pas avoir offert de conseils stratégiques à M. Lussier, c’est-à-dire qu’il ne s’est pas permis de donner son opinion sur des orientations que le maire désigné pourrait prendre dans le dossier Well inc. ou celui de l’aéroport, par exemple. « M. Lussier a été élu maire de Sherbrooke et il devra prendre des décisions. Je ne suis pas là pour jouer à la belle-mère ou lui dire " vous devriez ". Non, non. non. C’est de l’information objective qu’on a transférée. M. le maire en fera l’analyse et prendra des décisions. Je n’ai pas à lui suggérer quoi que ce soit. Ça lui appartient maintenant. »

Il n’a pas été question de la composition du comité exécutif non plus. « On n’a pas discuté des personnes. J’ai la direction générale qui me donne un bon coup de main. Il y a beaucoup de nouveaux avec de bonnes expériences. On va se servir de ça. Je vais produire ça pour lundi », résume Steve Lussier.

À savoir pourquoi il était demeuré muet au cours des deux journées suivant l’élection, M. Sévigny mentionne avoir toujours été disponible dans les huit dernières années.

« Je m’adresse à vous présentement pour la transition. C’est un choix que je fais. Pendant huit ans, à toute heure, j’ai été disponible. Le choix que j’ai fait après la mêlée de presse dimanche, la page était tournée. Le reste, on va vous laisser ça les journalistes pour l’analyse. »

Premier conseil: « Se méfier des journalistes  ! »

D’ailleurs, à savoir quel était le premier conseil que Bernard Sévigny avait donné à Steve Lussier, le premier a répondu en riant : « Se méfier des journalistes! »

Est-ce que les journalistes ont joué un rôle dans les résultats de la campagne? « Je n’ai pas de commentaires à faire à cet égard-là. Ce que je peux vous dire, c’est que pendant huit ans, je me suis rendu disponible tout le temps. Ne me demandez pas de faire une rétrospective à ce moment-ci. Ce n’est pas le but de la rencontre et ce n’est pas mon intention. »

Sur Twitter, le ministre Luc Fortin a réagi rapidement à l’affirmation de Bernard Sévigny. « Franchement... Les journalistes ont leur travail à faire et ils le font de manière professionnelle, particulièrement chez nous en Estrie. Je n’ai rien à redire sur le travail des médias depuis mon élection en 2014. »

Steve Lussier rapporte pour sa part que le sujet des journalistes n’a pas été spécifiquement abordé pendant leur rencontre. « Je pense que ç’a sorti comme ça à cause de la nervosité, qu’il n’a pas voulu dire ça. Ça n’a pas été dit en privé. Il m’a plus parlé des dossiers, des choses qu’il faut garder confidentielles et c’est normal, c’est comme ça dans toutes les entreprises. »

Silence sur la décision de la CMQ

Il n’a pas été question, non plus, de la décision de la Commission municipale du Québec, dont le verdict favorable à M. Sévigny est arrivé par la poste au lendemain du vote.

« Je ne veux pas commenter ce qui s’est passé. Aujourd’hui, je quitte l’hôtel de ville. Je remets en ordre les dossiers pour le nouveau maire. Je ne veux pas revenir sur la campagne électorale de quelque façon que ce soit », a dit Bernard Sévigny.

Steve Lussier a admis qu’il fallait changer la façon dont les décisions sont communiquées aux parties impliquées.

Concernant la suite des choses, Bernard Sévigny n’a pas voulu s’avancer sur ses projets personnels. Une rencontre avant les Fêtes est prévue pour déterminer des orientations au sujet du Renouveau sherbrookois.

Enfin, le maire sortant se montrera disponible si Steve Lussier souhaite le consulter. « S’il a des questions, il n’y a pas de problème. Une transition, ça ne se fait pas en une demi-heure. Encore une fois, M. Lussier pourra compter sur une fonction publique extrêmement aguerrie et compétente. Le cas échéant, je demeurerai ouvert. »