Karine Godbout, présidente du comité de l’environnement de la Ville de Sherbrooke, Aurore Courtieux-Boinot, chargée du projet La Tasse chez La Vague, et François Desmarais, directeur adjoint chez Commerce Sherbrooke, ont lancé vendredi matin l’implantation du projet La Tasse à Sherbrooke en compagnie des dix premiers commerçants qui ont adopté ce système de consigne de tasses réutilisables.

La Tasse arrive enfin à Sherbrooke

Finis les déchets et la culpabilité qu’engendrent les tasses réutilisables laissées à la maison pour les consommateurs de cafés sherbrookois. Le mouvement La Tasse, un système de consigne de tasses réutilisable, fait enfin son entrée à Sherbrooke grâce à son implantation chez déjà dix commerçants de la ville.

Depuis vendredi matin, les clients ayant oublié leur tasse réutilisable pourront s’en procurer une au coût de 5 $ (non taxable) dans les commerces participants, et pourront ensuite la rendre, sale ou propre, tout en récupérant leur argent. Celle-ci sera lavée et remise en circulation. Parmi les participants, on compte notamment Le Café Aragon, Les Vraies Richesses, le Savoroso et le Bistro Kaapeh.

Le projet, porté par l’organisme sans but lucratif La Vague, provient de l’initiative d’un groupe de commerçants du quartier Villeray de Montréal. « Ils étaient fatigués de voir leurs logos dans les poubelles et ils se sont demandé s’il n’y avait pas quelque chose qu’ils pouvaient faire collectivement » partage Aurore Courtieux-Boinot, chargée du projet La Tasse chez La Vague. 

Quelques mois après la réalisation d’un projet-pilote auprès de 12 commerçants de ce même quartier, l’initiative compte à ce jour 204 participants à travers la province. « Les gens de Sherbrooke ont vraiment été les premiers à réagir », remarque Mme Courtieux-Boinot, insistant sur l’importance de l’appropriation de ce projet par les communautés. 

« Les clients les attendaient » 

Suzanne Charland, propriétaire du dépanneur Caleb 2007, a fait entrer avec excitation son commerce du secteur Saint-Élie dans l’aventure La Tasse. Elle et les neuf autres entreprises donnant ce coup d’envoi ont profité des encouragements de la Ville de Sherbrooke, qui a doublé les 50 premières tasses que s’est procurées chacune d’elles, dans le cadre de son Plan de gestion des matières résiduelles 2016-2020. La Vague et Commerce Sherbrooke, qui agit à titre de porte d’entrée pour le projet, ont également fourni leur accompagnement pour l’implantation. 

« Les clients attendaient [les Tasses] depuis longtemps, avance Mme Charland. On essaie toujours de poser des gestes qui sont responsables et écologiques, et ça fait un moment déjà qu’on cherchait une alternative aux gobelets à usage unique, ou même aux tasses de voiture, qui ne sont pas nécessairement recyclables », partage-t-elle, évoquant le polypropylène utilisé pour la confection des fameuses Tasses, une matière facilement recyclable au Québec. 

Déjà quelques heures après l’entrée en vigueur du projet chez eux, les propriétaires du Célestine Café, du Café général conserverie et du Tassé discutaient d’une collaboration entre les établissements qui permettrait un sain équilibre des approvisionnements. « Question de ne pas recevoir plus de tasses qu’on en prête », précise Gabriel Légaré, copropriétaire du Café général conserverie. « Ça fait vraiment depuis les débuts de l’initiative qu’on veut embarquer. C’est le projet qui correspondait le plus à ce qu’on voulait, et ça fait aussi en sorte qu’on est plusieurs à s’y impliquer. C’est plus facile que seul » raconte M. Légaré. 

« Nous espérons que de nombreux autres commerces sherbrookois emboîteront le pas et offriront aussi La Tasse au cours des prochains mois », indique le maire de Sherbrooke, Steve Lussier. La crèmerie AMS et Le Guichet font également partie de cette première vague, tout comme l'Université de Sherbrooke et l'Université Bishop's.