Une pelle mécanique a creusé sur le site de la future superclinique, à l'angle de la rue King Ouest et de l'autoroute 410 en début de semaine.

La superclinique prendra forme cet automne

Les travaux de construction du complexe de la santé, qui comprendrait une superclinique, à l'angle de la rue King Ouest et de l'autoroute 410, pourraient commencer en septembre.
<p>Dominic Bachand</p>
La période pour demander la signature d'un registre et pour s'opposer au projet étant terminée, la Ville de Sherbrooke a d'ores et déjà délivré un permis pour permettre au promoteur, le Groupe Immex, de préparer le terrain.
En termes clairs, il sera possible de préparer le trou qui accueillera les fondations. Le Groupe Immex n'a pas rappelé La Tribune pour indiquer si l'excavation réalisée dans les derniers jours était liée à ces travaux de préparation. Le permis de construction devrait quant à lui être accordé au début du mois de septembre, selon le Service des communications de la Ville de Sherbrooke.
Le directeur de la clinique médicale Plateau Marquette (CMPM), Dominic Bachand, confirme que selon les projections initiales, les travaux commenceraient après les congés de la construction.
Rappelons que la CMPM a déposé sa candidature pour devenir la première superclinique de Sherbrooke.
« Nous sommes en train de terminer les plans d'aménagement pour l'intérieur de la clinique. Nous n'avons pas encore fait faire de soumissions. L'aménagement se fera dans un deuxième temps. Pour le moment, Immex doit construire la coquille. En ce qui nous concerne, nous espérons être opérationnels entre août et septembre 2017. Dans un monde idéal, nous aurions aimé être ouverts en juillet, mais ce serait probablement utopique. »
Des étapes administratives
M. Bachand n'a toujours pas eu de confirmation du ministère qui lui permettrait de qualifier son futur établissement de superclinique. « Il reste des étapes administratives à remplir. Je n'attends pas de réponse pendant les vacances. Sans dire que nous avons une certitude, nous sommes assez sûrs de nos choses. Si ce n'était pas dans les plans qu'on devienne une superclinique, on nous l'aurait sûrement dit avant, mais nous ne pouvons rien confirmer tant que le ministère (de la Santé) ne le fait pas. On ne sait jamais ce qui peut arriver. Notre souhait est d'avoir la confirmation au début de l'automne. »
Plus vite le verdict tombera, plus vite la CMPM pourra lancer son recrutement. « Le concept de superclinique devrait être assez attirant pour convaincre plusieurs médecins. Nous avons eu des discussions avec des médecins qui sont prêts à venir combler des cases horaires, mais nous cherchons surtout des médecins qui voudront faire de la prise en charge. »
La CMPM réalise environ 18 000 consultations chaque année. La superclinique devrait permettre d'en ajouter entre 20 000 et 29 000. « Et 80 % d'entre eux seraient des gens qui n'ont pas de médecin de famille ou dont le médecin n'est pas accessible. »
Dominic Bachand est conscient que certains médecins pourraient quitter leur groupe de médecine familiale pour joindre la superclinique. « Mais ils pourront faire profiter leur clientèle des professionnels de notre groupe, ce qui pourrait leur permettre de diriger les patients vers une ressource à laquelle ils n'avaient pas accès. De cette façon, on améliore le système. »