La station du Cégep sera réaménagée au cours des deux prochaines années.

La STS propose 84 M$ de projets

La Société de transport de Sherbrooke (STS) travaille sur la possibilité de recharger la carte Vermeilleuse à l’aide d’une carte de crédit, directement de la maison. Elle souhaite également limiter les tarifs spéciaux, lors d’événements comme le Festival des traditions du monde, aux réels détenteurs de billets pour ces activités. Il s’agit de deux des mesures annoncées dans le cadre du budget quinquennal des immobilisations de la STS dévoilé lundi.

Dans un point de presse en décembre, le président de la STS, Marc Denault, avait déjà annoncé que les dépenses en immobilisations de son organisation atteindraient 14 M$ en 2020 et environ 84 M$ pour la période de 2020 à 2024.

Les investissements pour rendre la carte Vermeilleuse encore plus pratique totaliseront 1,7 M$. « La recharge à partir de la carte de crédit est souhaitée pour 2020 ou 2021. L’idéal serait évidemment cette année. On pourrait aussi avoir un code QR pour l’achat de billets pour des événements. En scannant le billet, on obtient le tarif spécial du transport en commun pour l’événement. Pour l’instant, on est obligé de donner le rabais à tous les utilisateurs. Ce serait donc moins coûteux pour nous et plus bénéfique pour les événements. »

M. Denault souhaiterait aussi qu’une éventuelle carte à puce qui servirait au transport en commun puisse donner accès à d’autres services municipaux, comme la bibliothèque, le mont Bellevue ou les piscines.

Station du Cégep

Parmi les autres investissements majeurs, le réaménagement de la station du Cégep est prévu au cours des deux prochaines années. On y investira 2,5 M$. « Elle aura bientôt dix ans. Nous ferons l’analyse des besoins réels et nous regarderons ce qui se fait ailleurs. » Dans le même sens, une somme de 1,5 M$ est réservée pour l’aménagement d’une voie réservée au Carrefour de l’Estrie. Il s’agirait d’une deuxième phase du réaménagement de la station qui s’y trouve. Le projet est toutefois en évaluation, en fonction de l’achalandage, pour confirmer sa nécessité.

L’année 2020 verra aussi l’arrivée des premiers feux préférentiels sur le territoire de Sherbrooke. « Par exemple, nous en installerons au coin King et Jacques-Cartier, ce qui nous permettra d’avoir la priorité sur les autres véhicules et de devancer la circulation. Nous deviendrons encore plus performants. »

Fait intéressant, on pourrait injecter 1 M$ en 2023-2024 pour l’achat d’un véhicule autonome. « Il y a des endroits intéressants au centre-ville où nous pourrions utiliser une navette, ou encore dans le parc industriel, qui connaît une forte croissance. On pourrait aussi penser à l’utiliser lors d’événements, par exemple pour occuper le stationnement des Galeries Quatre Saisons lors du Festival des traditions du monde. Il y a déjà un projet qui ressemble à ça à Candiac. »

Mais Marc Denault insiste : il faudra un véhicule fiable avant que la STS songe à en faire l’acquisition. « Nos chauffeurs n’ont pas à craindre pour leur emploi. »

Nouveaux autobus

À la suite des recommandations de la vérificatrice générale, la STS se dotera aussi d’un logiciel, au coût de 1,4 M$, qui lui permettra de suivre en temps réel les travaux qui se feront sur les véhicules.

De nouveaux véhicules s’ajouteront par ailleurs à la flotte actuelle pour permettre l’ajout de service. « Nous espérons de bonnes nouvelles du gouvernement du Québec pour nous aider à ajouter du service. »

Enfin, des écrans devraient être installés dans les abribus pour informer les utilisateurs en temps réel du moment où l’autobus arrivera.

Au conseil municipal lundi, la conseillère Évelyne Beaudin a précisé qu’un arrêt situé sur le boulevard Industriel, près de l’intersection du boulevard de Portland, sera déplacé plus près de la bretelle de l’autoroute pour sécuriser la clientèle.

Marc Denault le confirme. « Nous avions eu plusieurs demandes à cet effet. À moyen et à long terme, nous devrons regarder l’accès au transport actif dans le parc industriel. »