La Sûreté du Québec (SQ) espère pouvoir faire la lumière sur les causes du carambolage qui s'est produit lors du blizzard de mardi dans le secteur de Magog.

La SQ enquêtera sur les causes du carambolage

La Sûreté du Québec (SQ) espère pouvoir faire la lumière sur les causes du carambolage qui s'est produit lors du blizzard de mardi dans le secteur de Magog.
On a ouvert une enquête d'une assez grande envergure, compte tenu du nombre de personnes impliquées, reconnaît Aurélie Guindon, porte-parole de la SQ en Estrie. « C'est notre travail », résume-t-elle, lors d'un entretien avec La Tribune.
« Après avoir accompagné les gens qui voulaient récupérer leur véhicule, nous allons éclaircir les circonstances de l'accident. Il est trop tôt pour connaître la cause. »
Rappelons qu'une cinquantaine de véhicules étaient impliqués dans ce carambolage historique survenu au kilomètre 120 sur l'autoroute 10 Ouest. Il pourrait s'agir du plus important événement du genre à survenir en Estrie en termes de nombre de véhicules impliqués.
Mme Guindon dit avoir reçu des demandes d'information sur l'événement de la part de médias d'aussi loin que Montréal.
Des voitures de police impliquées
Les secouristes en ont eu plein les bras, lors des carambolages survenus mardi en fin d'après-midi dans le secteur de Magog. Deux voitures de police ont même été impliquées.
Les premiers appels de secours ont retenti vers 15 h 40, signalant qu'une cinquantaine de véhicules étaient impliqués dans l'accident au kilomètre 120 sur l'autoroute 10 Ouest.
Tous les intervenants d'urgence disponibles se sont rendus sur place, raconte Mme Guindon.
Les gens impliqués ont été évacués, certains en autobus, transportés à un restaurant de la rue Sherbrooke à Magog, dit-elle.
« Des policiers de la Régie de police de Memphrémagog et de la GRC ont également assisté les policiers de la SQ. Au final, environ une douzaine de blessés, mais aucun blessé dont on craint pour la vie », assure-t-elle.
« L'intervention sur les lieux s'est terminée vers 20 h »
Mais ce n'était pas tout. Vers 16 h 30, au kilomètre 108 à la hauteur d'Eastman, un mini-carambolage impliquant cinq véhicules, dont un véhicule patrouille de la SQ et un véhicule banalisé, a eu lieu.
« Les policiers intervenaient auprès de conducteurs ayant été impliqués dans une première collision lorsqu'un automobiliste a perdu le contrôle et a embouti des véhicules sur place », ajoute Mme Guindon.
« Un homme qui se trouvait à pied sur la chaussée à ce moment a subi des blessures plus importantes (fractures), mais on ne craint pas pour sa vie, souligne-t-elle. Les policiers n'ont pas été blessés gravement. »
L'intervention à cet endroit s'est terminée vers 21 h.
Ruban rouge
Les ambulanciers paramédicaux n'ont pas chômé eux non plus. On a dépêché sur place sept véhicules qui ont effectué 12 transports vers des hôpitaux, affirme Carl Brodeur, porte-parole d'Ambulance de l'Estrie.
« Ç'a quand même bien été, convient-il. Nous sommes formés pour ce genre de situation. C'était comparable à l'intervention (lors de l'explosion) chez Neptune (en novembre 2012). »
« L'opération a duré trois heures. On a effectué des transports pour des patients avec traumatismes multiples. Les hôpitaux étaient en code orange, c'est quand même assez rare. »
Les ambulanciers paramédicaux ont dû sortir leur ruban rouge, renchérit M. Brodeur. Quand on a vérifié l'intérieur d'un véhicule impliqué, on colle un ruban rouge. « Ça indique qu'il n'y a plus personne dans le véhicule. On ne veut pas oublier personne », explique-t-il.
« Ensuite, on a fait venir un autobus pour mettre les gens à l'abri. On ne pouvait pas les laisser dehors à ce froid-là. »
Huit accidents
Du côté du Service de police de Sherbrooke (SPS), on a connu une journée et une soirée de mardi assez tranquilles malgré le mauvais temps. On n'a dû intervenir que pour huit accidents mineurs de mardi midi à mercredi matin, selon Martin Carrier, porte-parole du SPS.
« On peut dire que les gens ont écouté le message de quitter plus tôt le travail et de demeurer à la maison par la suite. Il n'y avait presque pas de trafic dans les rues de la ville mardi soir. »
« Même ce (mercredi) matin, c'est quand même assez tranquille en ville. »