Pierre Paradis

La SQ enquête sur Pierre Paradis

Le ministre Pierre Paradis a été expulsé du conseil des ministres et du caucus libéral par Philippe Couillard.
La Sûreté du Québec (SQ) a confirmé à un adjoint du premier ministre, jeudi après-midi, qu'une plainte a été déposée contre le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation. Son exclusion a été décidée après cette confirmation donnée par la SQ.
Le député de Brome-Missisquoi bénéficie de la présomption d'innocence. Aucune accusation n'a été portée contre lui. Mais des confidences revenant en boucle sur la colline Parlementaire et ailleurs font état d'une plainte de nature sexuelle. D'autres font également état d'échanges de coups.
Les faits allégués se seraient produits dans la région de Québec.
Mercredi, dans un communiqué de presse sibyllin, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, avait d'abord fait savoir que la fonction de ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation était temporairement conférée au ministre des Transports, Laurent Lessard. Aucune explication n'était donnée, ce qui, dès lors, a alimenté bien des rumeurs.
Joint par des journalistes, ce jour-là, Pierre Paradis avait précisé qu'il était tombé de cheval et qu'il avait été victime d'une légère commotion cérébrale. Un message relayé par l'une de ses collaboratrices. Ce n'est pas faux, disait-on jeudi, mais M. Paradis n'a alors pas dit toute la vérité.
Interrogé sur le sort de M. Paradis, jeudi après-midi, alors qu'il se trouvait dans le quartier Saint-Roch, à Québec, Philippe Couillard a soudainement pris toutes les distances qu'il pouvait prendre. En rétrospective, ses propos s'éclaircissent.
- Que se passe-t-il avec M. Paradis, Monsieur Couillard? «Vous lui demanderez. C'est lui qui a fait des commentaires», a déclaré le chef du gouvernement avant de préciser que «ses commentaires sont les siens».
En début de soirée, jeudi, Laurent Lessard a été officiellement assermenté à titre de ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation. Il conserve ses fonctions de ministre des Transports.
Son remplacement officiel indique que M. Paradis pourrait demeurer longtemps hors du caucus libéral, voire ne jamais y revenir si des accusations devaient être portées contre lui et si une condamnation devait éventuellement suivre.
Le fil des événements
Le 19 janvier, le chef de cabinet de Philippe Couillard, Jean-Louis Dufresne, a été informé qu'une plainte avait été déposée contre le ministre Pierre Paradis. M. Couillard, qui se trouvait à Davos, en Suisse, l'a appris le 20, en raison du décalage horaire.
Un élément nouveau serait apparu le 24, soit mardi: une lettre envoyée par la personne ayant porté plainte, qui serait une employée politique ou une ex-employée politique. Elle y exposait les motifs l'ayant poussée à communiquer avec les policiers. C'est ce soir-là que Laurent Lessard a hérité, à titre temporaire à ce moment, des responsabilités ministérielles de M. Paradis.
L'exclusion ferme de ce dernier est tombée après les confirmations officielles de la SQ.
Le déroulement des événements laisse croire à la Coalition avenir Québec qu'il y a eu tentative de cover-up.
Pierre Paradis est le deuxième député à être expulsé du caucus libéral en raison d'une enquête policière. L'automne dernier, GerrySklavounos a été exclu à la suite d'allégations d'agressions sexuelles.
M. Paradis faisait face à une forte opposition de l'Union des producteurs agricoles dans plusieurs dossiers depuis quelque temps, notamment en raison de la réforme du Programme de crédit de taxes foncières agricoles.
Au cours de sa longue carrière, il avait eu maille à partir avec le premier ministre Jean Charest, qui l'avait écarté du conseil des ministres.
Pierre Paradis est le doyen du groupe parlementaire libéral. Il siège à l'Assemblée nationale depuis 37 ans.