Le chien Kanak, du Service de police de Sherbrooke.

La SPA remet un certificat honorifique à Kanak

Le chien Kanak, du Service de police de Sherbrooke, reçoit un certificat honorifique de la SPA de l’Estrie. Il s’agit d’une première pour l’organisme de défense des animaux.

En seulement deux ans, ce Labrador Retriever a effectué plus de 195 interventions aidant ainsi plus de 200 enfants uniquement sur le territoire de la Ville de Sherbrooke.

Lire aussi; Kanak intronisé au Panthéon des animaux

Ajout d'un nouvel enquêteur au SPS

Kanak, le chien du SPS, en vedette dans un calendrier

« Nous éprouvons une immense fierté envers ce pionnier poilu qui est devenu le tout premier chien policier au soutien émotionnel du Québec », note la SPA dans un communiqué de presse.

« Nous souhaitons également souligner le dévouement et l’esprit novateur de la sergente Mélanie Bédard, l’instigatrice du développement et de la mise sur pied de ce programme. »

Mélanie Bédard

Année faste

La décision a été prise lors de l’assemblée générale annuelle de l’organisme mercredi. L’année 2018 sera festive pour la SPA de l’Estrie. Non seulement elle célèbrera ses 40 ans cet automne, mais elle entamera un départ inédit avec l’ouverture de son tout nouveau refuge.  

« Que ce soit de faire naître des sourires sur les lèvres de jeunes victimes ou encore d’apporter du réconfort uniquement par sa présence, Kanak accomplit un travail essentiel à nos yeux qui se doit d’être connu et reconnu. Nous remettons des certificats de reconnaissance pour nos employés, bénévoles et membres du CA, mais nous n’avions jamais honoré une personnalité en dehors de notre organisme. »

Administrateur au sein du conseil d’administration de la SPA de l’Estrie et ancien directeur du Service des incendies de Sherbrooke, Michel Richer a remis le certificat à Kanak.

« J’ai eu la chance de travailler moi-même avec un chien, K9 Vesta, lequel est devenu le tout premier chien-détecteur au Québec sur les scènes d’incendie. C’est donc un réel honneur pour moi de remettre officiellement ce prix à Kanak », mentionne M. Richer.