Raif Badawi

La sentence de Raif Badawi aurait été suspendue

Une « procédure de grâce » est en cours auprès du roi d'Arabie saoudite au sujet du blogueur Raif Badawi, condamné à dix ans de prison et 1000 coups de fouet, a indiqué samedi le secrétaire d'État suisse aux Affaires étrangères, Yves Rossier.
« J'ai été informé que la sentence a été suspendue », déclare M. Rossier dans l'édition de samedi du quotidien de Fribourg, La Liberté, précisant avoir évoqué cette affaire lors de sa visite officielle à Riyad cette semaine.
« Une procédure de grâce est maintenant en cours auprès du chef de l'État, donc du roi Salmane ben Abdelaziz al-Saoud », a-t-il ajouté.
Raif Badawi, 31 ans, arrêté en vertu d'une loi sur la cybercriminalité, a été condamné fin 2014 à dix ans de prison et 1000 coups de fouet. Il avait reçu ses 50 premiers coups de fouet en janvier, mais cette punition avait été suspendue après une vague de protestations dans le monde.
Le blogueur a obtenu le 29 octobre le prix Sakharov pour la liberté de l'esprit décerné par le Parlement européen, qui a alors appelé à sa libération « immédiate ».
La justice saoudienne, qui a ordonné la fermeture de son site internet, reproche à M. Badawi d'y avoir publié des écrits critiquant la police religieuse en Arabie Saoudite et d'y avoir appelé à la fin de l'influence de la religion sur la vie publique.