La Tribune
Professeure de la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Sherbrooke, Isabelle Boisclair souligne que les mouvements de dénonciation des agressions sexuelles n’appellent pas à la mort de la séduction, mais bien au respect.
Professeure de la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Sherbrooke, Isabelle Boisclair souligne que les mouvements de dénonciation des agressions sexuelles n’appellent pas à la mort de la séduction, mais bien au respect.

La séduction aux temps du #MoiAussi

Camille Dauphinais-Pelletier
Camille Dauphinais-Pelletier
La Tribune
Dans la foulée de l’affaire Weinstein et ses retombées, de plus en plus de femmes dénoncent des agressions sexuelles et des comportements inappropriés auxquels elles ont été confrontées. Le mot-clic #MoiAussi a été partagé maintes fois sur les réseaux sociaux, accompagnant des témoignages perturbants. Dans ce contexte, à l’approche de la Saint-Valentin, certaines personnes se demandent s’il est encore possible de jouer la carte de la séduction en 2018.