Alain Déry
Alain Déry

La ruche comme un lieu de rapprochements

L’apiculture pour rapprocher les gens et promouvoir les bonnes pratiques environnementales. Voilà comment on pourrait résumer l’essence même du Rucher boltonnois, un organisme à but non lucratif (OBNL) à la tête duquel on retrouve le conseiller municipal Alain Déry.

M. Déry a grandi dans un environnement fait en grande partie de béton et d’asphalte dans le quartier Ahuntsic, à Montréal. Mais il a rapidement eu une attirance pour la campagne, ce qui l’a un jour amené à acquérir un terrain en bordure du lac Nick, à Bolton-Est.

Sur ce terrain, le lauréat du Mérite estrien s’est construit une maison avec sa conjointe il y a sept ans. Et il s’est par la suite peu à peu intégré à son milieu d’adoption, lequel profite de son esprit d’entrepreneuriat.

Le Rucher boltonnois était à l’origine une initiative qui avait pour objectif d’inciter le public à cesser l’utilisation des pesticides. Mais le projet a pris une ampleur inattendue au grand bonheur de plusieurs.

« Je me disais au départ qu’en lançant un projet d’apiculture communautaire, on pourrait sensibiliser les gens à l’impact des pesticides étant donné que ce genre de produits sont nuisibles pour les abeilles », confie Alain Déry, un ancien entrepreneur dans le secteur des technologies de l’information et des communications.

Le président et directeur général du Rucher boltonnois ne prétend pas être un grand maître de l’apiculture depuis des lustres. N’empêche, il a suivi des cours et effectué des stages reliés à ce secteur d’activité, ce qui d’emblée faisait de lui une personne-ressource de premier choix pour superviser un projet semblable.

Le lancement des activités du projet J’Adopte une ruche a eu lieu en 2017. Cette année-là, 17 familles ont été initiées à l’apiculture et ont participé aux inspections de ruches tenues toutes les semaines. Les participants prennent également part à la récolte et obtiennent une partie du miel produit.

En 2018, le projet J’adopte une ruche regroupait déjà 54 « familles d’adoption » et comptait autant de ruches. Six ruchers sont alors créés dans trois villages, en l’occurrence Bolton-Est, Austin et Saint-Étienne-de-Bolton.

Toujours en 2018, le Rucher Boltonnois s’est impliqué avec l’entreprise Les Jardins VG dans la mise sur pied d’un marché public à Bolton-Est. L’organisme « a pris en charge les volets de promotion et de gestion ». Ce second projet n’a cessé de prendre de l’ampleur, si bien qu’il a même une composante hivernale en décembre désormais.

« On a misé sur le sociofinancement pour trouver des sous pour le marché public. On a vu que la population tenait à cette initiative, aussi supportée par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec. Les gens en ont d’ailleurs fait un succès par la suite », note M. Déry.

Selon Alain Déry, les participants à J’Adopte une ruche rêvent parfois de sauver les abeilles. Le président de l’OBNL remet toutefois les choses en perspective en notant que le Rucher boltonnois n’a évidemment pas les moyens d’accomplir une tâche si colossale, malgré qu’il réalise de « grands projets, une goutte de nectar à la fois ».

« Le succès de notre organisme s’explique également par le fait que les abeilles fascinent les gens. C’est une fascination qui remonte aux Égyptiens alors ce n’est pas d’hier. Et puis, parmi les autres éléments qui plaisent aux participants, il y a le fait qu’on sort en plein air et qu’on rassemble un beau groupe. »

M. Déry estime d’ailleurs que le Rucher boltonnois contribue à rapprocher les gens de Bolton-Est, qui sont éparpillés sur un territoire relativement large. « On a recréé un perron d’église. Des nouveaux réseaux d’amis se sont créés. Il y a des bienfaits sur la vie de groupe autrement dit », illustre-t-il, tout en mentionnant que l’OBNL compte 170 membres au total.

Toujours à l’affût des opportunités, Alain Déry et ses collaborateurs mijotent maintenant l’achat d’un bâtiment municipal pour offrir une adresse stable au Rucher boltonnois. La transaction est d’une valeur 285 000 $ et semble déjà assurée. Comme quoi il est possible de réaliser des choses étonnantes dans de petits milieux quand efforts et passion sont au rendez-vous.

Repères

- Âgé de 61 ans;

- Originaire de Montréal;

- Conseiller municipal à Bolton-Est;

- Président et directeur général du Rucher boltonnois;

- Ancien entrepreneur.