L’inauguration de la réserve naturelle du parc du Mont-Bellevue est attendue pour 2022. 
L’inauguration de la réserve naturelle du parc du Mont-Bellevue est attendue pour 2022. 

La réserve naturelle du Mont-Bellevue aura son sentier de vélo

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
La réserve naturelle du parc du Mont-Bellevue comptera finalement un sentier de vélo de montagne à la satisfaction des propriétaires, l’Université de Sherbrooke et la Ville de Sherbrooke, et des usagers. Il reliera le réseau de vélo de montagne du mont Bellevue aux sites alternatifs que sont l’Université de Sherbrooke et le Collège du Mont-Sainte-Anne.

Les différents partenaires formant l’Alliance pour la réserve naturelle du parc du Mont-Bellevue ont présenté l’avancement de leurs travaux mardi au conseil municipal. Dès cette année, plusieurs sentiers illicites seront fermés dans la future réserve alors que les travaux commenceront pour déterminer le tracé exact des sentiers pédestres qui seront aménagés.

Patrice Cordeau, adjoint au vice-rectorat à l’administration et au développement durable de l’Université de Sherbrooke, rapporte que l’Alliance vise à réduire les impacts écologiques des sentiers en réutilisant certains sentiers illicites. « Nous voulons éviter de créer de nouveaux tronçons et nous voulions éviter les milieux sensibles. Nous avons aussi travaillé pour favoriser la cohabitation et éviter le croisement des sentiers pédestres et de vélo. La piste de vélo sera réservée à un usage non compétitif. Ce sera l’unique sentier permis. Il sera enchâssé dans l’entente de réserve naturelle. » 

Il ajoute que l’Université de Sherbrooke, qui a ajouté des voies cyclables sur son campus, travaille à la construction d’une piste multifonctionnelle entre le campus principal et le parc Innovation. 

L’aménagement officiel des sentiers pédestres et du sentier de vélo est prévu pour 2021 et 2022, après quoi la réserve naturelle pourra officiellement être inaugurée. Le site, déjà considéré pour certaines activités pédagogiques, pourra ensuite être pleinement utilisé comme infrastructure d’enseignement par l’Université de Sherbrooke. 

Ingrid Dubuc, directrice du Bureau de l’environnement à la Ville de Sherbrooke, rapporte que l’aménagement des sentiers et leur entretien nécessiteront des investissements. Le partage des coûts entre la Ville et l’Université sera dévoilé plus tard alors qu’une planification financière tenant compte des contributions de chacun en ressources humaines, en expertise et en communication sera élaborée pour cinq ans. Une demande de financement de 82 864 $ a été déposée à la Fondation de la faune du Québec. Une réponse est attendue en juin.

Des démarches sont aussi en cours avec la Fondation de l’Université de Sherbrooke pour trouver des partenaires philanthropiques et créer un fonds de dotation. 

À noter qu’un projet d’oasis de ciel étoilé en milieu urbain se greffe au projet de réserve naturelle. Le groupe de recherche sur la pollution lumineuse du Cégep de Sherbrooke est mandaté pour demander la certification Urban Night Sky Places de la Dark-Sky Association. Ce projet viserait la promotion de la protection du ciel étoilé en milieu urbain en luttant notamment contre la pollution lumineuse.

La conseillère Évelyne Beaudin a cherché à savoir mardi si le sentier pour les vélos serait unidirectionnel ou bidirectionnel. 

« Les membres de l’Alliance voulaient un sentier universel, accessible aux débutants, que l’on peut emprunter dans les deux directions tout en restant dans le corridor le plus étroit possible. Certains passages abrupts nous forceront peut-être à aménager une montée et une descente différentes, mais nous visons un seul sentier bidirectionnel », répond Patrice Cordeau.

Mme Beaudin a aussi voulu valider qu’une piste de vélo de montagne ne risquait pas de nuire à la désignation de la réserve naturelle. 

Véronique Bisaillon, conseillère en éducation au développement durable à l’Observatoire de l’environnement et du développement durable de l’Université de Sherbrooke lui a répondu qu’il existe d’autres modèles semblables. « Ce ne serait pas un précédent. On attend un retour du ministère, mais nous pensons que c’est tout à fait possible. »

Enfin, Marc Denault a rappelé que des divisions avaient teinté ce dossier au début des pourparlers et il a félicité tous les intervenants d’avoir créé une alliance forte capable de s’entendre.