Les Jardins au pas de l’âne a reçu le prix « Coup de cœur » au Gala d’excellence en environnement des Cantons-de-l’Est 2019. La grande implication de la communauté afin de soutenir la propriétaire, Chantale Gagnon (4e à partir de la gauche), après que celle-ci ait perdu tragiquement son mari l’été dernier, a touché le Jury à un tel point qu’il a voulu célébrer l’entreprise d’agriculture durable.

La région se verdit encore

L’entourage des Jardins au pas de l’âne de Stratford n’est pas resté insensible à la tragédie qui a enlevé la vie à un de ses propriétaires au début de l’été 2019. Touché par l’implication de la communauté, ce fut au tour du jury du Gala d’excellence en environnement des Cantons-de-l’Est de donner une grande tape dans le dos à l’entreprise d’agriculture durable, en lui décernant le prix « Coup de cœur » jeudi soir.

Les récipiendaires 2019 du Gala d’excellence en environnement des Cantons-de-l’Est auront prouvé que, peu importe la nature de l’organisation ou le domaine d’expertise, il est possible de faire une différence dans la lutte aux changements climatiques. 

La pharmacie Familiprix – Marilyne Isabelle inc. de Windsor, une des premières pharmacies à avoir offert la vente de produits en vrac, instauré une Allée-Verte et créé le poste de « guide écolo » pour conseiller les clients, a été sélectionnée pour recevoir l’un des cinq Grands prix. 

Grâce à sa nouvelle technologie propre pour le traitement des fumées générées par la torréfaction du café à échelle industrielle, la brûlerie Café Vittoria a reçu ce même prix. 

Un Grand prix a également été remi au Centre d’interprétation de nature du lac Boivin, reconnu pour ses efforts de préservation du milieu humide, notamment par l’aménagement de 9,7 km de sentiers de 400 m de passerelles et de deux tours d’observation depuis sa création il y a 40 ans. 

Ce fut également au tour du Centre local de développement de Brome-Missisquoi de se voir récompensé pour son projet de symbiose industrielle. Bâti sur une économie circulaire, locale, le projet représente un système d’échange de ressources inter-entreprises. En moins de 5 ans, le projet a atteint la participation de plus de 100 entreprises qui ont fait presque 450 échanges, valorisé plus de 5000 tonnes et fait économiser plus de 1 M$.

Le partenariat de recyclage des extrusions de caoutchouc entre le leader de systèmes d’étanchéité automobile, Waterville TG, et DeltaGomma, le manufacturier de tapis et de rouleaux de caoutchouc, a lui aussi impressioné le jury. L’enfouissement de matières résiduelles chez Waterville TG est passé de 75 % en 2014 à 40 % en 2018. 

Waterville TG, la brûlerie Café Vittoria, DeltaGomma, le Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin, la pharmacie Familiprix – Marilyne Isabelle inc. et CLD Brome-Missisquoi (absent la photo) représentent les récipiendaires des cinq Grands prix. Dans le cas de Waterville TG et de DeltaGomma, c’est un partenariat entre les deux entreprises qui a remporté un prix.

Prix jeunesse 

Du côté de la relève, le choix s’est tourné vers le Projet de loi visant à lutter contre l’obsolescence programmée et à reconnaître le droit à la réparation des étudiants de la faculté de droit de l’Université de Sherbrooke. Le projet, né dans un cadre pédagogique, a été porté jusqu’à l’Assemblée nationale et sur la scène médiatique grâce à un groupe de huit étudiants. Le prix était accompagné d’une bourse de 2000 $. 

L’école primaire le Parchemin (500 $), pour la diminution de ses déchets, et l’école secondaire de la Ruche (1000 $), pour ses deux douzaines de nouvelles actions vertes développées cette année, ont remporté les prix de leur niveau d’éducation respectif.

Le Gala des Prix d’excellence en environnement des Cantons-de-l’Est est organisé par la Fondation estrienne en environnement en collaboration avec le Conseil régional de l’environnement de l’Estrie. 

Pour le président de la Fondation, Alain Webster, « l’ensemble de ces prix reflète l’innovation des acteurs de la région dans cette nécessaire intégration entre environnement et économie. Et l’ampleur de cette transition vers une société faible en carbone nous oblige à accentuer encore davantage le déploiement de cette innovation ».