La forte pression sur les hôpitaux est prévisible et revient d’année en année, de sorte qu’on s’y prépare à l’avance au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.
La forte pression sur les hôpitaux est prévisible et revient d’année en année, de sorte qu’on s’y prépare à l’avance au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

La pression est forte sur les urgences et les cliniques

La pression est forte sur les salles d’urgence et les cliniques médicales (groupes de médecine de famille) depuis les premiers jours de la nouvelle année.

« C’est le début de la période hivernale où nous devons faire face à un plus grand achalandage dans nos salles d’urgence et dans nos hôpitaux. La pression est forte aussi dans les groupes de médecine de famille (GMF); elle est forte partout, en fait », explique Lyne Cardinal, directrice des services généraux au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

S’il reste encore des gens souffrant de gastros qui se présentent dans les cliniques, ce sont surtout des gens avec des symptômes d’allures grippales qui envahissent les cliniques et les hôpitaux. Et les gens qui alités sur des civières à l’urgence ou sur des lits sur les étages sont très malades.

« Nous avons beaucoup de personnes âgées qui développent des complications », soumet Mme Cardinal.

La période des Fêtes a été plutôt calme cette année en termes d’achalandage dans les hôpitaux. « Nous avons même noté une légère diminution de l’achalandage par rapport à l’an passé », indique Mme Cardinal.

Or comme chaque année, c’est une fois le nouveau calendrier accroché au mur qu’un plus grand nombre de gens tombent malades tous en même temps. « C’est une courbe naturelle de contamination avec le temps des Fêtes où il y a beaucoup de gens qui se côtoient », précise Lyne Cardinal.

Cette forte pression sur les hôpitaux est prévisible et revient d’année en année, de sorte qu’on s’y prépare à l’avance au CIUSSS de l’Estrie-CHUS. « Par exemple, nous prévoyons plus d’infirmières à l’urgence que le ratio normal, justement pour pouvoir répondre à la demande. Par contre, nous devons espérer aussi que notre personnel ne va pas tomber malade; nous sommes aussi tributaires de ça », indique la directrice des services généraux.

Des lits de débordements sont prévus un peu partout dans l’hôpital pour accueillir davantage de patients. « Dans une unité de 32 lits par exemple, nous pouvons en ouvrir quatre de plus. »

En ce moment, tous les lits de débordements sont déjà ouverts à l’Hôpital Fleurimont, à l’Hôtel-Dieu, à l’Hôpital Brome-Missisquoi-Perkins et à l’Hôpital de Granby.

Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait pour que les prochaines semaines soient possibles dans les hôpitaux et dans les cliniques?

Lyne Cardinal, directrice des services généraux au CIUSSS de l’Estrie-CHUS

« D’abord, on demande aux patients d’éviter la salle d’urgence pour des problèmes qui ne nécessitent pas de soins urgents. C’est un endroit à risque où il y a beaucoup de microbes qui circulent; on peut arriver avec une grippe et en ressortir avec la gastro », mentionne Mme Cardinal.

Donc dans un premier temps, on peut appeler en tout temps à Info-santé pour bénéficier des conseils d’une infirmière. « Il faut savoir aussi que le volume d’appels est plus élevé qu’à l’habitude chez Info-santé. L’attente peut être plus longue. Mais il ne faut pas se décourager et raccrocher; ce sera encore moins long que de se rendre à l’urgence », met en perspective Mme Cardinal.

Il y a aussi les pharmaciens qui sont des professionnels de la santé plus accessibles et qui peuvent offrir des conseils et des médicaments, et qui peuvent aussi évaluer si leurs patients ont besoin de consulter un médecin.

Et enfin, il y a tous les groupes de médecine familiale (GMF) qui mettent l’épaule à la roue pour répondre à la demande en hausses des patients présentant des symptômes d’allure grippale ou de gastro.

« Il y a plusieurs GMF qui offrent aussi des rendez-vous aux personnes qui n’ont pas de médecin de famille ou dont le médecin de famille n’est pas disponible », indique Mme Cardinal.

Pour trouver ces ressources, deux possibilités : téléphoner à Info-santé où le personnel en place pourra orienter les gens au bout du fil, ou encore visiter le site internet www.santeestrie.qc.ca/grippe-gastro/.