Hans Beaudry, propriétaire d’un immeuble de 16 logements, a démontré de l’inquiétude devant le projet de la Ville de Sherbrooke de démolir des édifices le long de la rue Galt Ouest, entre les rues Saint-Antoine et Alexandre.

La possible démolition sur Galt Ouest inquiète

Propriétaire d’un des immeubles que la Ville pourrait démolir sur la rue Galt Ouest, Hans Beaudry s’est montré inquiet mardi au conseil municipal. Il déplorait de n’avoir eu que très peu d’information de la part de la municipalité. La présidente du conseil, Nicole Bergeron, a répondu que les propriétaires concernés seraient convoqués éventuellement pour une séance d’information.

Rappelons que La Tribune rapportait le 21 juin que la Ville envisageait de démolir jusqu’à neuf bâtiments situés du côté nord de la rue Galt Ouest, entre les rues Saint-Antoine et Alexandre. Elle étudie cette option pour agrandir le parc Alfred-Élie-Dufresne et élargir la rue Galt Ouest, qui doit subir des travaux importants.

Lire aussi: Des immeubles de la Galt Ouest pourraient être démolis

« J’ai un 16 logements sur cette portion de la rue. Tout le monde pose des questions. Les gens sont inquiets. Nous avons téléphoné à la Ville et nous avons eu quelques réponses, mais aussi des appels sans réponse. On nous a dit que peut-être ce soir nous entendrions parler plus en détail. Y a-t-il un plan d’action, un échéancier, parce que ça nous inquiète? », résume M. Beaudry.

Nicole Bergeron s’est dite désolée qu’il y ait eu une « fuite » qui a permis de rendre ce dossier public alors que [les élus] n’avaient pas encore d’information et de réponses à toutes les questions qui pouvaient [leur] être adressées.

« Sachez cependant qu’autant les membres du conseil que l’administration, quand nous aurons un échéancier et des réponses à toutes les questions que pourraient nous poser les citoyens par rapport à ce projet de revitalisation, c’est sûr et certain que nous tiendrons une séance d’information avec les citoyens concernés. Leurs questions sont tout à fait légitimes. »

Mme Bergeron a rappelé qu’il avait été question de la revitalisation de ce secteur dans le plan de revitalisation et de développement du centre-ville. « Effectivement nous avons des travaux d’infrastructures qui doivent être effectués sur la rue Galt Ouest. Nous sommes désolés pour la façon dont ça s’est passé, mais nous serons en mesure de répondre aux gens concernés. Pas très tard cet automne, nous devrions être en mesure de faire une présentation auprès des membres du conseil municipal. »

La Ville envisageait de démolir jusqu’à neuf bâtiments situés du côté nord de la rue Galt Ouest, entre les rues Saint-Antoine et Belvédère. Elle étudie cette option pour agrandir le parc Alfred-Élie-Dufresne et élargir la rue Galt Ouest, qui doit subir des travaux importants.

Achat ou expropriation

Les élus ont par ailleurs voté des avis de réserves pour fins publiques pour les 13 lots où se trouvent les neuf bâtiments situés entre le 375 et le 511, rue Galt Ouest, du côté nord. L’avis de réserve permet à la Ville « de faire connaître son intention d’utiliser, dans un futur plus ou moins rapproché, son droit d’avoir recours à une acquisition de gré à gré ou par expropriation des lots », lit-on dans le sommaire décisionnel rendu public mardi.

Il est précisé dans les documents municipaux que des conduites d’égout et d’aqueduc datant d’entre 1922 et 1930 sont rendues à la fin de leur vie utile et qu’il y a une occasion de redresser la rue Galt Ouest et d’élargir l’espace public pour aménager de nouveaux trottoirs plus larges et une piste cyclable sécuritaire. « Ces modifications et ajouts passent nécessairement par des acquisitions de terrains et d’immeubles. »

Cette procédure permet de limiter les coûts d’acquisition puisque les propriétaires ne peuvent plus augmenter la valeur de leurs immeubles avec une construction, une amélioration ou une addition, même si des réparations sont permises. La valeur des immeubles peut changer selon l’évolution du marché immobilier. La réserve pour fins publiques est en vigueur pour deux ans et peut être renouvelée pour deux autres années. Les propriétaires et locataires peuvent toucher une indemnité pour l’imposition de la réserve.

Pont des Grandes-Fourches

Le même processus d’imposition d’avis de réserves pour fins publiques a été adopté pour trois lots se trouvant dans l’axe potentiel de la future rue des Grandes-Fourches. Il s’agit de deux terrains appartenant au Regroupement des bingos de la région de Sherbrooke et d’un stationnement entre la rue des Grandes-Fourches Nord et la voie ferrée. Celui-ci appartient à une société par actions.