Ce sont 774 habitants qui auraient quitté la ville de Sherbrooke entre le 1er janvier 2017 et le 1er janvier 2018.

La population de Sherbrooke en baisse

La population sherbrookoise a chuté d’un peu moins d’un demi-point de pourcentage au cours de la dernière année selon les statistiques publiées dans la Gazette officielle du Québec. Entre le 1er janvier 2017 et le 1er janvier 2018, ce sont 774 habitants qui auraient quitté la ville. Sherbrooke, sixième ville en importance au Québec, compterait donc 165 859 habitants, contre 166 633 l’an dernier. Ces données sont basées sur des estimations de l’Institut de la statistique du Québec en date du 1er juillet 2017.

C’est l’arrondissement 4, celui composé des anciens arrondissements de Jacques-Cartier et du Mont-Bellevue, qui compte la plus importante population, avec 67 251 citoyens. L’arrondissement 1, soit Rock Forest, Saint-Élie, Deauville et Brompton, suit avec 47 173 habitants. En respectant les anciens arrondissements, c’est plutôt à Fleurimont qu’on retrouve la plus importante population, suivi de Rock Forest-Saint-Élie-Deauville. Lennoxville ferme la marche avec 5600 citoyens.

Au jeu des comparaisons, Coaticook et Lac-Mégantic voient aussi leur population diminuer. À Coaticook, elle passe de 9225 à 9183 alors qu’elle descend de 5832 à 5742 à Lac-Mégantic. Asbestos connaît une hausse et compte maintenant 6877 résidants. Les nouvelles sont bonnes également à Drummondville (77 235), Magog (27 048) et Victoriaville (46 339).

Selon le bilan démographique du Québec de l’Institut de la statistique du Québec, l’Estrie enregistre une croissance démographique, « mais celle-ci continue d’être légèrement inférieure à celle de la population québécoise. Sa croissance s’explique notamment par l’accueil d’un nombre non négligeable d’immigrants, ainsi que par des gains dans ses échanges migratoires avec les autres régions du Québec ». La population de l’Estrie est un peu plus âgée que celle de l’ensemble du Québec.

Ce bilan, celui-là basé sur la population au 1er juillet 2016, fait état de 324 000 habitants en Estrie. La région compte plus de personnes âgées que de jeunes et présente un indice de fécondité de 1,61 enfant par femme.

En ce qui concerne le taux d’accroissement annuel moyen des populations des MRC, calculé sur une période de cinq ans, la plus forte croissance est perceptible dans les MRC de Sherbrooke (9,7 %) et de Memphrémagog (8,6 %). À l’opposé, deux MRC comptent un bilan négatif, soit celle des Sources (-4,4 %) et du Granit (-2,6 %).