Katia Pitre

La policière Katia Pitre succombe à son cancer

Katia Pitre, cette policière de Québec suivie au CHUS de Sherbrooke pour un cancer des ovaires extrêmement rare et tout aussi agressif, est décédée.
La femme de 32 ans avait retenu l'attention dans la région pour avoir atteint et même dépassé son objectif de recueillir parmi le public les 312 000 $ nécessaires pour une intervention très pointue au Minnesota.
Katia Pitre est décédée dimanche après-midi après un combat contre le cancer qui durait depuis six ans, rapporte le journal Le Soleil.
On se souviendra que c'est de façon tout à fait fortuite qu'elle a su, à Sherbrooke, du Dr Paul Bessette, qu'elle était atteinte d'un cancer des ovaires très rare, qui se rencontre habituellement chez des femmes de 60 à 70 ans.
Elle avait consulté des médecins à Québec qui n'avaient rien trouvé. Puis en début de décembre 2011, lors d'une visite d'un ami à Sherbrooke, les maux ont repris et elle s'est retrouvée au CHUS : le Dr Paul Bessette a pu établir très clairement le terrible diagnostic le 8 décembre de cette année-là.
À la Fondation du CHUS, on mentioonne que Katia s'est battue afin de vivre le plus longtemps possible. En 2012, elle avait organisée une activité-bénéfice au profit de la Fondation et en 2013, on lui avait décerné le prix «bénévole patient» lors du Gala annuel des bénévoles. «Katia, merci pour tout. Bon repos», déclare-t-on.