Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
À Sherbrooke, le cadeau a été retrouvé vers 12h au parc Mi-Vallon dans le secteur Rock Forest.
À Sherbrooke, le cadeau a été retrouvé vers 12h au parc Mi-Vallon dans le secteur Rock Forest.

La «plus grande chasse aux cadeaux de 2020» fait des heureux en Estrie

Sabrina Lavoie
Sabrina Lavoie
La Tribune
Article réservé aux abonnés
SHERBROOKE — Avec l’aide d’une centaine de «lutins», l’humoriste Mathieu Dufour a dissimulé tout autant de présents à travers la province, vendredi matin, en passant par Sherbrooke, Lac-Mégantic, Georgeville et la municipalité de Lac-Drolet.

Au quai de Georgeville vers 10h30, l’un des endroits désignés, plusieurs participants repartaient déçus de n’avoir pu arriver à temps pour mettre la main sur un chandail «unique» autographié par l’humoriste ainsi qu’un accès privé au «Réveillon de Noël Zoom» prévu quelques heures plus tard.

C’est le cas notamment pour Julie-Anne Rivard qui était accompagnée par sa mère qui n’a pas hésité à prendre la route à sa demande. Venues de Magog, les deux femmes ont tout de même eu beaucoup de plaisir à participer à l’évènement.

«Noël est en quelque sorte annulé, je me disais que ce serait une belle occasion de sortir et d’avoir du plaisir», indique la jeune fille qui confie suivre l’humoriste assidument sur les réseaux sociaux depuis près d’un an.

Même son de cloche pour Madeleine Gagnon qui espérait pouvoir faire plaisir à sa petite sœur Simone. «On espérait que le cadeau soit caché à Magog. On était prête!»

Un couple de Stanstead s’est également rendu sur les lieux, surpris de voir la ville de Georgeville apparaître sur le compte Instagram de l’humoriste. «On s’en allait ouvrir les cadeaux ce matin quand on a vu ça. On s’est dit qu’on avait des chances d’être les premiers, mais visiblement, Math Duff a des fans partout à travers la province», raconte la femme encore en pyjama.

À Sherbrooke, le cadeau a été retrouvé vers 12h au parc Mi-Vallon dans le secteur Rock Forest. Avant la diffusion de l’endroit par l’humoriste, plusieurs personnes attendaient patiemment dans le stationnement du Marché de la gare avant de «partir à la chasse».

Les sœurs Jennifer et Michèle Roy avaient beaucoup de plaisir à anticiper les lieux possibles. «On n’a rien à faire. Aussi bien sortir et rire un peu!»

Le quai de Georgeville où l'un des cadeaux a rapidement été récupérés.

Au-delà des attentes

Joint au téléphone en fin d’après-midi, Mathieu Dufour peine à réaliser ce qu’il vient de vivre. «Je me doutais que les gens allaient embarquer, mais il y a vraiment eu un bel engouement. Les cadeaux ont été trouvés rapidement et certaines personnes m’ont envoyé des messages pour me dire qu’il y avait parfois une quarantaine de voitures aux emplacements dédiés». 

Il faut dire que l’humoriste de 26 ans avait organisé un événement semblable il y a quelques semaines au Saguenay alors qu’il était en tournage. L’engouement monstre que cela avait créé l’a tout de suite inspiré pour cette chasse à plus grand déploiement.

Mathieu Dufour et son équipe ont, pour ce faire, recruté une tonne de «lutins», dans presque toutes les régions de la province, de Montréal à Saguenay, en passant par Québec et Trois-Rivières, sans oublier l’Abitibi, Sherbrooke, Sept-Îles, Gatineau, les Îles-de-la-Madeleine et Fermont.

«Tout ça est possible grâce à ma gérante Marie-Ève et mon équipe qui s’arrangent toujours pour que mes idées voient le jour. C’était beaucoup de logistique, mais tout a fonctionné comme prévu. Si c’était à refaire, j’ajouterais encore plus de cadeaux», mentionne l’humoriste pour qui la créativité n’a pas de limites.

Mathieu Dufour bâtit depuis plusieurs années sa notoriété sur le web. C’est en organisant des activités au sein de sa communauté qu’il réalise toutefois l’ampleur de l’engagement qu’ont ses abonnés envers lui.

«Sur les réseaux sociaux, ce n’est pas toujours tangible. Je ne réalise pas. C’est des nombres, des chiffres que je vois sur mon téléphone. C’est quand les gens se déplacent pour acheter des billets de spectacles et quand ils embarquent comme ça dans mes folies que je me rends compte à quel point nous avons une belle relation forte et de proximité. Ça me rappelle pourquoi je fais mon métier», conclut Mathieu Dufour.

Mathieu Dufour