La piscine du Cégep de Sherbrooke a besoin de travaux majeurs.

La piscine du CAP a besoin de 4 M$ en soins

Le Cégep de Sherbrooke se tourne vers un programme de subvention provincial afin de faire réparer sa piscine qui montre des signes de détérioration importants. Si l’institution ne l’obtenait pas, elle pourrait faire un règlement d’emprunt de l’ordre de 2 M$ ou elle pourrait songer à une fermeture.

La piscine du Centre de l’activité physique du Cégep (CAP) sert aux étudiants de l’établissement, mais aussi à la population, dont de nombreux groupes scolaires. L’établissement a adressé une demande au programme de soutien aux installations sportives et récréatives.

Ce programme permettrait de financer la moitié des coûts, qui oscilleront autour de 4 M$. Elle avait tenté sa chance à une précédente phase, mais son projet n’avait pas été retenu. Les infrastructures aquatiques ont été construites en 1974 et nécessitent une réfection majeure.

Si le Cégep devait opter pour un règlement d’emprunt, ce dernier serait lié au budget d’investissement, et non de fonctionnement, explique la directrice générale, Marie-France Bélanger.

« Les intérêts sont imputés au fonctionnement », précise-t-elle en ajoutant que la direction voulait minimiser l’impact sur les finances de l’établissement. Lorsqu’il effectuera les travaux, il devra aussi composer avec une perte de revenus de l’ordre de 85 000 $ à 100 000 $ liés à la fermeture temporaire de la piscine, soit environ huit mois.  

« On est confiant que le dossier va être bien reçu. Ça répond aux besoins des étudiants, mais aussi à ceux de la population de l’est de Sherbrooke, commente Manon Desaulniers, directrice des ressources matérielles et financières au Cégep. En même temps, une enveloppe de 100 M$ pour toute la province, ce n’est pas une grosse enveloppe. »  

Les travaux permettront notamment de refaire l’intérieur du bassin, qui est en céramique, et l’isolation thermique des murs extérieurs.   « On devra les réaliser d’ici deux ou trois ans, commente Mme Desaulniers. Si on n’a pas cette subvention, on sera devant une décision : va-t-on en règlement d’emprunt ou doit-on fermer la piscine? »

La direction pourrait avoir la réponse à l’automne. Si elle reçoit une réponse positive dans les délais attendus, elle pourrait mener les travaux autour de janvier à août 2020. Des infiltrations d’eau chlorée ont été constatées et des correctifs devront être apportés à court terme.

Appel à l’aide

Par ailleurs, le Cégep de Sherbrooke avait lancé un appel à l’aide à Québec juste avant les Fêtes. Le conseil d’administration et la direction ont réclamé une aide d’urgence ponctuelle de 800 000 $ d’ici à ce que la révision du mode de financement des cégeps soit terminée. L’institution collégiale, à l’instar d’autres établissements de la province, avait subi d’importantes compressions budgétaires.

« On est toujours en discussion avec le ministère (de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur), mais on n’a rien de confirmé à ce moment-ci », précise Mme Bélanger à ce sujet. Le Cégep avait été contraint d’adopter un plan de redressement par Québec en 2016 à la suite de l’adoption d’un budget déficitaire. Sa dette est d’environ 400 000 $.