Véronique Grenier a offert un cours de philosophie dans le cadre de la première session de l’Université populaire de Sherbrooke.

La philosophie pour tous

Un cours de philosophie pour tous a été donné par Véronique Grenier au Boquébière. Il s’agissait du premier cours de la session de l’Université populaire de Sherbrooke (UPOPS), et ce fut l’occasion pour plusieurs de jouer aux étudiants, une bière à la main.

Pour l’occasion, la population sherbrookoise s’est déplacée en très grand nombre et a rempli la microbrasserie dans une ambiance des plus conviviales. Ce qui a contribué à créer un environnement similaire à une salle de classe, à la seule différence de pouvoir y siroter son breuvage préféré. C’est tout dans l’esprit de ce que représente l’UPOPS : « Nous sommes fières d’offrir des cours sans salle de classe, sans examen, sans devoir payer », a affirmé Sondès Allal, une des femmes derrière l’UPOPS. « Nous croyons que l’éducation est pour tous, et c’est dans le plaisir que nous développerons le savoir », a-t-elle ajouté en début de soirée. L’événement, offert en partenariat avec la Coalition sherbrookoise pour le travail de rue, a été un franc succès.

Philo 101

Le tout premier cours a été mené avec brio par Véronique Grenier, enseignante en philosophie au Cégep de Sherbrooke. L’objectif de cette première séance était d’établir quelques fondamentaux de la philosophie dans le but de développer un esprit critique face à l’abondance d’informations que l’on reçoit tous les jours. « La raison pour laquelle suivre un cours de philosophie et continuer de développer ses compétences en philosophie est aussi important, c’est parce qu’on est confronté au quotidien à beaucoup d’informations », a expliqué Mme Grenier avant de proposer un exercice de lecture en plénière portant sur une fausse nouvelle. Elle présente la quête de la vérité comme étant essentielle à une saine démocratie. C’est exactement ce qu’elle décortique tout au long de son cours en abordant au passage la philosophie grecque de Socrate à Épictète.

Un exercice fondamental

La philosophie est un outil d’une très grande importance pour quiconque participe à la vie en société. À l’ère du numérique, alors que certaines pages du cyberespace relaient des informations mensongères, il est crucial de se prémunir contre les fausses nouvelles. C’est ce que tenait à rappeler Félix Morin, enseignant en techniques d’éducation à l’enfance du Cégep de Sherbrooke. « La philosophie est importante pour tous, il n’y a pas d’âge pour continuer d’apprendre », devait-il ajouter. Alors que la soirée tirait à sa fin, Mme Grenier a suggéré quelques lectures à ses nombreux élèves, tous absorbés par les paroles de l’enseignante. Il est évident que la table est mise pour le deuxième cours, qui aura lieu le mercredi 16 mai à 17 h au Boquébière. Mme Grenier se lancera alors dans l’art d’argumenter et de problématiser. « Il faut être content de ne pas tout savoir, car cela signifie qu’un monde de connaissances nous attend » a-t-elle lancé Voilà quelque chose sur lequel méditer avant le prochain cours.

La programmation du mois de mai de l'Upops se poursuivra par ailleurs dès la semaine prochaine avec le premier de trois cours de Politique américaine de Karine Prémont, lundi au Boquébière, et le début de Droit du consommateur offert par Marie-Claude Desjardins, mardi au Kàapeh.

Le professeur Louis Côté proposera une séance sur la Gestion de crise le 23 au Tapageur, tandis que Jean-François Létourneau ouvrira les portes de la Littérature amérindienne les 28, 29 et 30 mai au Kàapeh pour conclure cette première session.