Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Alain Brousseau, aussi appelé le boss des enchères, raconte ce qu’est le métier d’encanteur, toujours en quête de trésors qu’il revendra avec une touche de spectaculaire.
Alain Brousseau, aussi appelé le boss des enchères, raconte ce qu’est le métier d’encanteur, toujours en quête de trésors qu’il revendra avec une touche de spectaculaire.

La perle rare des encanteurs

Viatka Sundborg
Viatka Sundborg
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Dans la dernière année, l’image du travailleur québécois moyen est devenue celle d’un bureau de télétravail au confort discutable ou encore d’un milieu de santé aseptisé. Or, pendant ce temps œuvraient toujours ces gens qui ont choisi le chemin d’un métier plus singulier. Tous les lundis, La Tribune vous présente le portrait d’Estriens qui pratiquent l’un de ces métiers méconnus et souvent oubliés, qu’ils soient émergents ou plutôt en voie de disparition. Aujourd’hui, rencontrez l’encanteur Alain Brousseau.

« Ne jetez pas ça c’est des trésors! »

Depuis maintenant 25 ans, l’encanteur Alain Brousseau cherche des trésors et tente de les revendre aussi vite que le rythme de sa voix lorsqu’il est devant une foule d’acheteurs.

« Être encanteur c’est un peu comme être un chanteur sur une scène, il faut donner un show chaque fois », explique M. Brousseau, visiblement passionné de son métier. « Lorsque nous arrivons dans une ville pour faire un encan, c’est jour de fête », poursuit-il. Petits et grands vont à la rencontre de l’encanteur, soit dans l’espoir de trouver la perle rare ou tout simplement pour être témoin du spectacle. 

Dans le cas d’Alain Brousseau, il est possible de dire que c’est le métier d’encanteur qui l’a choisi, et non l’inverse. « Lorsque j’étais jeune, mes parents étaient propriétaires de camions de restauration. Ils allaient principalement dans les encans et moi je les accompagnais. C’est comme ça que j’ai découvert le métier à vrai dire », se rappelle-t-il. 

Aucune formation spécifique n’est obligatoire pour se dire encanteur. Toutefois, on ne devient pas encanteur en claquant des doigts, selon M. Brousseau. « Quand j’étais jeune, je m’exerçais à présenter mes jouets comme le ferait un encanteur. C’était un jeu, mais ça m’a permis d’accélérer le rythme de ma voix et d’être l’encanteur que je suis aujourd’hui », dit-il. 

Évaluer les antiquités et toutes les marchandises reçues fait tout aussi partie du quotidien d’un encanteur. Maintenant bien connu de tous, Alain Brousseau reçoit des objets, généralement provenant de ventes de succession, de partout à travers le Québec. « La semaine passée, un homme s’apprêtait à jeter deux contenants d’huile. Je l’ai arrêté sur le coup puisque ces contenants d’huile valent une petite fortune à l’encan », poursuit M. Brousseau, tout en ajoutant qu’il continue quotidiennement d’enrichir ses connaissances sur la valeur des antiquités. 

Une certaine attention médiatique a été accordée aux encanteurs au fil des années. Des séries télévisuelles ont même été consacrées au métier, comme Le boss des enchères et La fièvre des encans, toutes deux mettant en vedette Alain Brousseau et son métier. « Ces émissions ont rendu les encans plus accessibles au grand public », souligne-t-il. 

En 25 ans de carrière, M. Brousseau a pu être témoin des vagues de popularité et d’engouement pour les enchères. « Il y a eu un moment où les ventes de garage étaient plus populaires, mais l’engouement pour les encans est rapidement revenu. Les gens se tournent vers nous puisque c’est rapide et efficace », avoue-t-il. 

La pandémie a chamboulé plusieurs secteurs d’activités, y compris celui des encans. Dans le but de continuer son métier malgré l’interdiction des rassemblements, Alain Brousseau s’est tourné vers les encans en ligne. Et le succès fut immédiat. « J’ai hâte de retrouver les foules pouvant aller de 200 à 300 personnes, mais nous conserverons très certainement la plateforme d’enchère en ligne », conclut-il. 

Cet encanteur qui sillonne le Québec jusqu’aux plus petits villages à la recherche de trésors est passionné par son travail, dont il souligne à plusieurs reprises le caractère spectaculaire et festif.