Le déneigement des rues cet automne pourrait faire gonfler le déficit du budget pour l’entretien du réseau sherbrookois.

La neige gruge le budget

SHERBROOKE — Toutes les précipitations automnales comme celle de mardi rapprochent la Ville de Sherbrooke d’un déficit dans son budget de déneigement pour l’année 2018.

Des 10 millions $ budgétés pour faire le travail, 7,6 millions ont été dépensés durant les quatre premiers mois froids de l’année, rappelle Guylaine Boutin, directrice du service d’entretien et de la voirie.

« Il nous reste 2,4 millions $ pour finir l’année, car nous anticipons un déficit de 900 000 $ », explique-t-elle à La Tribune.

« Nous ne savons pas comment va se terminer. Ça va dépendre combien de neige va tomber. »

Mais on sait déjà que les statistiques ne sont pas à l’avantage de la Ville. Habituellement, on dépense environ 3 millions $ durant les mois de novembre et décembre pour faire disparaître la neige des rues et les rendre moins glissantes.

En 2013, ces dépenses ont atteint un sommet de 4,1 M$ alors qu’en 2015, elles ont été d’aussi peu que 1,9 M$. L’impact budgétaire réel ne sera connu qu’au 31 décembre 2018, mais la Ville anticipe donc une perte pour la fin de l’année pour l’entretien hivernal.

« Nous ne gérons le déneigement pas selon les budgets, mais en fonction de rendre les routes sécuritaires pour les déplacements des citoyens », assure Mme Boutin.

« Les élus sont déjà au courant de nos finances, car une reddition de comptes leur avait été présentée en juin dernier. »

3 h dans la nuit

Dans la nuit de mardi, c’est à 3 h que les premiers camions sont sortis pour déneiger les rues. Les chenillettes ont suivi à 7 h 30 quand la neige s’était accumulée en bonne quantité sur les trottoirs, note-t-elle.

« La Ville était prête. Nous avons mis 28 camions sur la route pour déneiger et épandre de l’abrasif », ajoute la gestionnaire.

« Nous avions fait quelques sorties dans des secteurs particuliers de la ville cet automne, mais c’était la première fois que nous couvrions l’ensemble du territoire. »

Somme toute, l’opération s’est bien déroulée, si ce n’est des voitures pas encore équipées de pneus d’été et qui ralentissaient le déplacement des équipements roulant.

Guylaine Boutin souligne que l’interdiction de stationnement nocturne débute le 15 novembre. Toutefois, les levées seront dorénavant possibles durant tout l’hiver, soit jusqu’au 31 mars. Même si les levées seront possibles en tout temps, Mme Boutin souhaite rappeler l’importance de toujours vérifier. La Ville diffuse l’information à partir de 16 h chaque jour. Une application pour téléphone intelligent est disponible.

Les citoyens doivent vérifier fréquemment, pas seulement se fier à la météo. Des opérations d’enlèvement et de tassement de la neige peuvent se dérouler en tout temps. Le stationnement dans la rue se doit d’être un plan B.