Une  moule zébrée, une espèce considérée nuisible, a été découverte au lac Memphrémagog au cours des dernières semaines.

La moule zébrée fait son apparition au lac Memphrémagog

Menaçant les écosystèmes aquatiques depuis des années en région et ailleurs au Québec, la moule zébrée a officiellement fait son apparition au lac Memphrémagog. Un spécimen de cette espèce de mollusque considérée nuisible a récemment été trouvé dans ce plan d'eau par la Ville de Magog.
Josiane K. Pouliot
Coordonnatrice à l'environnement à la Ville de Magog, Josiane K. Pouliot confirme la découverte d'une moule zébrée, durant les dernières semaines, à l'occasion d'une des collectes d'escargots hebdomadaires que réalise la municipalité afin de préserver la qualité de l'eau de baignade au lac Memphrémagog.
«C'est une stagiaire plutôt alerte qui nous a rapporté cette moule, note Mme Pouliot. Quand on fait notre collecte d'escargots, on retourne les pierres à chacune de nos trois plages. C'est d'ailleurs sous une roche que le mollusque a été découvert.»
Pour s'assurer qu'il n'y avait pas d'erreur, la Ville de Magog a remis le mollusque au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, qui a mené les analyses nécessaires avant de faire connaître sa réponse. La municipalité a contacté plusieurs organisations de la région pour les informer de la découverte réalisée.
Si la découverte effectuée par la Ville peut paraître préoccupante, il importe de mettre les choses en perspective, selon Josiane K Pouliot.
«Le nombre de cas n'est peut-être pas élevé, mais ce n'est pas la première fois qu'une moule zébrée est trouvée dans le lac Memphrémagog. Le fait que cette espèce ne soit pas davantage présente démontre potentiellement que ce lac n'est pas propice à sa prolifération», explique-t-elle.
En outre, la moule zébrée s'accrocherait rapidement à de nombreuses surfaces là où elle prolifère. Les prises d'eau potable dans les lacs peuvent parfois être bouchées par ce mollusque indésirable.
En bordure des plans d'eau de la région, on retrouve de nombreuses stations de lavage, lesquelles permettent aux plaisanciers de laver leurs bateaux avant une sortie sur les flots. Le lavage des embarcations serait une mesure préventive primordiale.
«C'était une question de temps avant que cette moule soit au Memphrémagog parce que c'est difficile de tout contrôler. Malgré tout, chaque plaisancier doit continuer à faire sa part. Tout ce qui va dans l'eau doit être nettoyé.»
«Inutile de paniquer»
Même s'il sait que d'autres lacs ont été infestés par cette moule, le président de l'organisme Memphrémagog conservation (MCI), Robert Benoit, croit qu'il est «inutile de paniquer» à ce stade-ci.
«La prolifération dont on avait peur ne s'est pas produite et c'est rassurant, souligne M. Benoit. Il faut aussi se rappeler que des mesures ont été prises, comme la création de stations de lavage par exemple, pour éviter que ça dégénère. De notre côté, au MCI, on a des patrouilleurs sur l'eau et des sentinelles un peu partout pouvant nous avertir si des éléments préoccupants sont aperçus.»
Notons qu'une série de stations de lavage auraient fait leur apparition en bordure du Memphrémagog, au Vermont, il y a peu de temps de cela. L'ajout de ces équipements chez nos voisins du sud tend à démontrer l'engagement des Américains également.