L’Estrie se mobilise en prévision du 27 septembre dans le cadre de la grève mondiale du climat qui s’effectue aux quatre coins de la planète. Sur la photo, Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie (CCSNE), Claudia Fiore-Leduc, agente de liaison du Regroupement des organismes communautaires de l’Estrie, et Marie Talaia Coutandin étudiante en droit de L’UdeS

La mobilisation s’élargit pour la grève mondiale du climat

L’Estrie se mobilise en vue de la grève mondiale du climat le 27 septembre. En plus du mouvement étudiant, les travailleurs, les citoyens et le milieu communautaire sont invités à se joindre à la manifestation sherbrookoise. Des organisations syndicales, communautaires et étudiantes unissent leur voix pour sensibiliser la population à l’urgence climatique.

En cette période d’élections, les partis politiques sont invités à se prononcer en faveur de la planète. « On interpelle les partis politiques à prendre des engagements concrets en faveur de la justice climatique », souligne Claudia Fiore-Leduc, du Regroupement des organismes communautaires de l’Estrie. « C’est en se rassemblant dans la rue dans une escalade d’actions qu’on pourra inciter les dirigeants à poser des gestes concrets. »

« S’il n’y a pas de changements, ce sont les personnes les plus vulnérables qui seront touchées en premier (...) C’est ce qui nous interpelle : on les accompagne quotidiennement dans leur processus. »

« On s’est parlé, on s’est uni pour avoir une seule activité. Il est essentiel pour notre avenir que les gouvernements prennent des mesures concrètes pour diminuer les gaz à effet de serre (GES) », indique Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie (CSN). M. Beaudin a souligné que la marche sera « festive » et organisée en collaboration avec les autorités policières. La population est aussi invitée à porter un cercle vert sur ses vêtements pour montrer ses préoccupations environnementales.

Même si l’Université de Sherbrooke a annoncé qu’elle ne programmerait pas de cours entre 12 h et 14 h 30 le vendredi 27 septembre, des votes de grève se tiendront d’ici là dans différentes facultés, afin que les étudiants puissent participer à toute la journée, indique Marie Talaia Coutandin, étudiante à l’UdeS et impliquée dans La planète s’invite à l’UdeS.

« On cherche à réveiller nos gouvernements, à conscientiser nos populations et à faire un rassemblement pour faire en sorte que plus personne ne se sente seul dans cette crise climatique. »

Un premier rassemblement aura lieu à l’UdeS à 13 h; un deuxième rassemblement est prévu à 14 h au parc Jacques-Cartier.

Les marcheurs prendront ensuite la direction de l’hôtel de ville de Sherbrooke. Rappelons que le Cégep de Sherbrooke a modifié son calendrier scolaire pour transformer le 27 en journée pédagogique; la CSRS a pour sa part proposé à ses établissements deux scénarios, soit de tenir des activités de sensibilisation sans manquer de cours ou encore de prendre part à la manifestation en collaboration avec La planète s’invite à l’UdeS.

Parmi les organismes participants, on retrouve aussi ConcertAction Femmes Estrie, le Conseil régional de la FTQ et Solidarité populaire Estrie, entre autres. Le rassemblement sherbrookois se tiendra alors que la militante écologique Greta Thunberg sera à Montréal.