Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les premiers Estriens seront vaccinés le 24 décembre à Sherbrooke au Centre de foires de Sherbrooke. Le CIUSSS espère vacciner 3000 employés des 28 CHSLD de la région.
Les premiers Estriens seront vaccinés le 24 décembre à Sherbrooke au Centre de foires de Sherbrooke. Le CIUSSS espère vacciner 3000 employés des 28 CHSLD de la région.

La lumière au bout du tunnel

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Des travailleurs de la santé recevront un cadeau de Noël bien spécial le 24 décembre : ils seront les tout premiers Estriens à recevoir le vaccin de la compagnie Pfizer contre la COVID-19.

L’arrivée de ce vaccin est source d’espoir pour les Estriens, tout comme pour la direction du CIUSSS de l’Estrie-CHUS. « Ce vaccin va inévitablement nous aider dans la lutte à la pandémie », mentionne Nancy Desautels, directrice adjointe aux mesures d’urgence, sécurité civile et enjeux organisationnels au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

La lumière est maintenant visible au bout du tunnel. La vie pourra éventuellement reprendre son cours normal, ou presque, graduellement au cours de la prochaine année.

L’espoir est donc permis. L’espoir que l’on retrouve bientôt moins de patients très malades hospitalisés pour lutter contre les complications de la COVID-19. L’espoir que les proches aidants puissent retrouver leurs ainés hébergés en CHSLD. L’espoir que les grands-parents puissent bientôt serrer leurs petits-enfants dans leurs bras. L’espoir de pouvoir aller souper au restaurant entre amis.

Le CIUSSS a choisi de vacciner en tout premier lieu son personnel de la santé qui travaille dans les 28 CHSLD de son territoire parce que ce premier vaccin ne peut pas être déplacé après sa livraison.

« Le vaccin développé par la compagnie Pfizer-BioNTech présente quelques défis logistiques importants : il doit être conservé à des températures très froides et ne peut, pour l’instant, être déplacé. Le lieu de livraison doit donc être stratégique pour assurer un accès juste et équitable au vaccin. Le Centre de foires de Sherbrooke, qui a tout récemment servi comme lieu de vaccination saisonnière, était donc tout indiqué comme lieu de livraison et d’administration des premières doses du vaccin », ajoute Mme Desautels tout en indiquant que la date de livraison prévue est le « 22 ou le 23 décembre ».

« Dès qu’il sera possible de déplacer le vaccin, ou quand nous recevrons des vaccins de la compagnie Moderna, nous irons vacciner nos aînés dans les CHSLD et les résidences privées pour aînés », mentionne ajoute-t-elle.

3000 travailleurs de la santé ciblés

Le CIUSSS de l’Estrie espère pouvoir vacciner 3000 travailleurs de la santé dans les trois prochaines semaines. Et on se prépare très activement pour pouvoir vacciner sur plusieurs sites aussitôt que les vaccins arriveront de façon plus importante.

Il s’agit là de très bonnes nouvelles alors que les éclosions dans les milieux extrêmement fragiles se s’additionnent jour après jour en Estrie – une région qui avait pourtant réussi à épargner ses aînés dans la première vague de la pandémie. 

Et qui dit éclosions en CHSLD et en résidences privées pour aînés dit évidemment des décès prématurés de pères, de mères, de grands-parents qui seraient peut-être encore bien vivants si ce contagieux coronavirus n’avait pas frayé son chemin jusque dans leur lieu de résidence.

Seulement au cours des sept derniers jours, 23 Estriens sont décédés des complications de la COVID-19 – le record absolu pour la région.

Nancy Desautels espère évidemment que le taux d’adhésion des employés et des personnes les plus à risque sera bon.

« On sait que le vaccin est très attendu par certains, mais qu’il est craint par d’autres. Notre campagne de communication est déjà commencée à l’interne », dit Nancy Desautels.

La lueur est là, tout au bout du tunnel, mais il faudra encore patienter avant de pouvoir rendre visite à ses grands-parents ou encore pour souper entre amis, alors que les hôpitaux universitaires sherbrookois viennent d’être placés sur la liste des « hôpitaux en situation critique » par le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé.