Alors que plus de 5000 patients sont en attente d’une IRM au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, il y en a environ 2000 en attente d’une tomodensitométrie, mieux connue sous le nom anglais de CT-scan (sur la photo).

La liste d'attente pour l'IRM explose

PRIMEUR / Le nombre de patients en attente de subir une imagerie par résonance magnétique (IRM) a explosé au CIUSSS de l’Estrie-CHUS. À la même date l’an passé, il y avait 4000 patients en attente. Ils sont maintenant plus de 5000 sur la liste d’attente. Des démarches sont en cours auprès du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) pour qu’un nouvel appareil IRM soit acheté puis installé sur le territoire de Sherbrooke.

La direction du CIUSSS a travaillé sur plusieurs fronts pour maximiser l’utilisation de ses appareils en fonction de la disponibilité, aussi, des technologues qui opèrent les appareils. Le CIUSSS possède trois appareils IRM, soit deux au CHUS et un au Centre hospitalier de Granby. Un quatrième appareil appartient au Centre de recherche du CHUS mais le centre hospitalier peut l’utiliser une trentaine d’heures par semaine pour les patients.

« Maintenant, nous suffisons à la demande : nous sommes capables de faire le même nombre d’examens que celui qui est demandé par semaine. Mais nous avons 5000 patients accumulés sur la liste d’attente. Il nous faut ajouter des plages horaires pour faire face à l’accumulation des demandes », explique Dre Colette Bellavance, directrice des services professionnels (DSP) au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Le CIUSSS essaie de rentabiliser autant que possible les heures d’utilisation de ses appareils. Il y a eu des ajouts de plages horaires. À l’Hôtel-Dieu par exemple, on fait des examens entre 6 h le matin et minuit. L’IRM qui appartient au Centre de recherche du CHUS est aussi utilisé à son maximum dès qu’il n’est pas utilisé pour la recherche.

Mais une autre problématique s’ajoute : au CIUSSS de l’Estrie comme partout au Québec, le recrutement de technologues est difficile. « Nous avons réussi à embaucher quatre nouvelles ressources, mais ce ne sont malheureusement pas des ajouts nets. Ils ont remplacé des gens en congé maladie ou en congé de maternité », explique Dre Bellavance.

« Au Centre hospitalier de Granby, nous ouvrons trois soirs par semaine. Nous n’avons pas le personnel pour en faire plus », nuance Dre Colette Bellavance.

L’analyse du CIUSSS de l’Estrie-CHUS est toutefois formelle. « Même si tous nos appareils fonctionnaient à plein régime 16 heures par jour, il y a la demande nécessaire pour avoir un nouvel appareil à Sherbrooke », insiste Colette Bellavance.

Précisons que l’IRM est un examen médical qui utilise un champ magnétique et des radiofréquences pour générer des images très précises des parties du corps et organes internes. L’IRM permet aux médecins d’établir un diagnostic sans faire appel à la radiation.

CT-Scan

Pendant que la liste d’attente pour subir une IRM n’a cessé de s’allonger, celle pour le tomodensitométrie (TDM, mieux connus sous le nom de CT-scan en anglais) a toutefois diminué.

Le CT-scan est aussi une technique d’imagerie médicale qui consiste à produire des images en coupes fines du corps à l’aide des rayons X.

À pareille date l’an passé, 3000 patients étaient en attente de passer un scanner. Aujourd’hui, il y a 2000 patients. De ce nombre, 330 sont hors des délais ciblés par le MSSS. « Nous souhaitons régulariser la situation cet automne pour les patients qui sont hors délais », soutient Dre Bellavance.