Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Marie-Paule Kirouac, qui a fait de la création de la Maison Aube-Lumière l’œuvre de sa vie, est décédée des suites du cancer le 6 janvier dernier.
Marie-Paule Kirouac, qui a fait de la création de la Maison Aube-Lumière l’œuvre de sa vie, est décédée des suites du cancer le 6 janvier dernier.

La grande dame d’Aube-Lumière n’est plus

Alain Goupil
Alain Goupil
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Marie-Paule Kirouac, dont le nom et le visage sont intimement liés à la Maison Aube-Lumière de Sherbrooke, est décédée le 6 janvier dernier. Atteinte du cancer, elle est décédée à la Maison Aube-Lumière.

Impliquée dans le projet Aube-Lumière dès 1995, Marie-Paule Kirouac est devenue la première directrice-générale de cette maison de soins palliatifs pour les personnes atteintes du cancer en phase avancée, alors que celle-ci avait pignon sur rue dans l’ancienne église du Très-Saint-Sacrement, rue Kennedy Nord.

L’actuel directeur-général, Christian Gagnon, a rendu hommage à Mme Kirouac dans un texte publié vendredi matin sur les médias sociaux.

Selon lui, la mission de Mme Kirouac aura été d’accueillir et de soutenir les personnes atteintes de cancer et leur famille, afin de rendre leur séjour sur terre le plus agréable et chaleureux possible, jusqu’à la toute fin.

« Les patients ont toujours été son moteur, la raison qui lui donnait, pour chaque écueil, le courage d’oser aller de l’avant, sans relâche. Vous l’avez vue maintes fois dans les médias locaux, souvent affublée d’un magnifique bouquet de poinsettias, campagne qu’elle a maintenue pendant tout son règne et générant des fonds essentiels au maintien de la gratuité des services et de la grande qualité des soins de l’organisme. »

« Pour le milieu des affaires, les soupers de l’Envol, tenus depuis 22 ans en guise d’activité de financement, ont également fait partie de ses belles réalisations, complémentées par une panoplie d’autres activités de financement pour La Maison. Elle était une battante, et ne reculait pas devant les défis. Jamais. Mais sa plus grande réalisation est sans contredit la gigantesque levée de fonds qu’elle a orchestrée afin d’amasser les sommes nécessaires à la construction, en 2013, de la toute nouvelle Maison Aube-Lumière, celle-là même qui accueille toujours les patients, sur le campus du CHUS Fleurimont. »

Marie-Paule Kirouac

Christian Gagnon souligne que Marie-Paule Kirouac laisse dans le deuil, « non seulement toute une cohorte d’employés et de bénévoles qu’elle a guidés, mais aussi un conjoint aimant, Monsieur Jacques Codère, qui a lui aussi été un pionnier d’Aube-Lumière, ainsi que ses deux fils, ses frères et sœurs, et leurs familles respectives. On leur souhaite, nos sincères sympathies. Elle fut une mère qui ne sera jamais oubliée... », a-t-il ajouté.

La députée Élisabeth Brière a siégé pendant 10 ans au conseil d’administration de la Maison Aube-Lumière, dont trois à titre de présidente. Émue, elle dit conserver de Mme Kirouac le souvenir d’une femme de cœur dotée d’une détermination hors du commun.

« Des portes fermées, pour elle, ça n’existait pas. Lorsqu’on était en campagne de financement, il suffisait qu’on lui dise que tel ou tel donateur ne voudrait pas contribuer pour qu’elle aille aussitôt cogner à sa porte. Et elle réussissait à le convaincre… »

Avant de se lancer dans la construction de la Maison Aube-Lumière sur le campus du CHUS, Marie-Paule Kirouac avait fait le tour de toutes les maisons de soins palliatifs du Québec, se rappelle Élisabeth Brière. « Elle voulait s’assurer qu’Aube-Lumière allait offrir ce qu’il se faisait de mieux dans le domaine, les meilleurs services, à la fine pointe de la technologie. »

Marie-Paule Kirouac a quitté la direction générale de la Maison Aube-Lumière en avril 2013 lors d’une soirée de l’Envol, qui avait alors réuni plus de 600 personnes. Elle avait résumé son parcours en ces mots :

« Il y a 18 ans, j'ai commencé à zéro, en mettant des idées dans des petits tiroirs. Maintenant, avec la nouvelle maison, j'ai l'impression de remettre quelque chose d'une telle richesse. Pour moi, c'est un petit diamant qui demande à être poli pour refléter encore plus de lumière. »

Marie-Paule Kirouac