Normand Therriault a reçu le prix Jean-Besré, mardi, lors de la soirée annuelle organisée en l’honneur des bénévoles de la Fondation du CHUS, organisme qu’il a lui-même créé il y a quatre décennies.

La Fondation du CHUS honore son fondateur et ses bénévoles

Normand Therriault a reçu le prix Jean-Besré, mardi, lors de la soirée annuelle organisée en l’honneur des bénévoles de la Fondation du CHUS, organisme qu’il a lui-même créé il y a quatre décennies.

« Il y a 45 ans, j’avais la responsabilité de la direction des Services techniques du CHUS. La situation budgétaire de l’établissement n’était guère différente de celle qu’on connaît aujourd’hui », a raconté le lauréat qui devait faire preuve de créativité pour réduire les dépenses et « faire plus avec moins ».

L’organisation d’un service de buanderie communautaire, la création d’un service de génie biomédical, l’installation d’un nouveau système téléphonique sont des initiatives de M. Therriault. Mais les économies qu’elles ont engendrées demeuraient insuffisantes pour répondre aux besoins.

C’est en s’inspirant des anglophones et du Sherbrooke Hospital que M. Therriault a proposé la création d’une fondation à son directeur général de l’époque, Normand Simoneau.

« L’hôpital anglophone de Sherbrooke avait en effet une Fondation prospère. Ne faisant ni une ni deux, M. Therriault s’est dit que si c’était bon pour les anglophones, c’est aussi bon pour les francophones », a expliqué dans son discours de présentation la présidente du conseil d’administration de la Fondation, Sophie Warren.

La Fondation a été lancée officiellement en 1978 et le premier état financier indiquait des revenus de 114 928 $, incluant une contribution de 75 000 $ de la Société des médecins de la Faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke, se souvient le fondateur de l’organisme.

« Aujourd’hui, les activités de la Fondation rapportent annuellement des millions », se réjouit M. Therriault qui a tenu à remercier dans son discours l’instigateur du Téléthon de la Fondation, Robert Nadon.

« Le Téléthon a propulsé la Fondation dans les ligues majeures. Et si après 40 ans, cette Fondation peut amasser chaque année des sommes importantes, c’est grâce à la collaboration de centaines de bénévoles dont vous faites partie », a ajouté M. Therriault devant 250 invités réunis au Théâtre Granada.

Le prix Jean-Besré a été créé par la Fondation du CHUS en 2001. Il est le prix le plus prestigieux offert par la Fondation.

« Et parce qu’il n’y a jamais de hasard, notre récipiendaire de cette année a fait partie de la même patrouille de scouts que Jean Besré quand il avait 13 ans », a précisé Mme Warren.

Neuf autres prix ont été décernés au cours de la soirée (voir tableau). Et deux reconnaissances exceptionnelles ont aussi été remises à deux grands bénévoles ouvrant souvent ensemble, mais aussi individuellement aux activités de la Fondation du CHUS. De fait, depuis plus de 20 ans, Robert Carignan et Roger Héroux investissent temps et énergie afin de contribuer concrètement aux succès de diverses activités-bénéfice de la Fondation, dont entre autres le Tournoi de golf Cascades-IBM.

Rappelons que plus de 300 bénévoles s’impliquent annuellement pour la Fondation du CHUS.