Les utilisateurs du transport en commun fidèles aux jetons devront commencer à modifier leurs habitudes.
Les utilisateurs du transport en commun fidèles aux jetons devront commencer à modifier leurs habitudes.

La fin des jetons d’autobus programmée pour 2025

Les jetons d’autobus disparaîtront lentement du paysage sherbrookois avant d’être abolis en 2025. Déjà, pour éliminer les correspondances papier en temps de COVID, la Société de transport de Sherbrooke (STS) mise sur des cartes à puce qui visent, à long terme, à remplacer les petites pièces métalliques.

Le président de la STS, Marc Denault, en a fait l’annonce lundi au conseil municipal, pour laisser le temps aux usagers de s’habituer. Le retrait des jetons comme titre de transport se fera graduellement. Les pièces ne seront plus acceptées à bord des autobus à partir du 1er janvier 2022. À partir de ce moment, ils pourront être échangés contre des titres de transport valides, par exemple en les transférant sur une des cartes à puce, jusqu’à l’élimination complète des jetons le 1er janvier 2025.

« Il y a des virages technologiques qui doivent se faire. Le jeton est toujours utilisable, mais chaque chose a une fin. On demandera aux détenteurs de transférer la valeur marchande des jetons vers la carte Vermeilleuse ou la Pratico, ce qui fait que le virage technologique s’enclenche. Pour ceux qui diront qu’on ne leur a pas laissé assez de temps, nous sommes plus que généreux. On peut faire le choix de garder les jetons comme souvenirs ou de les échanger. »

Rappelons que la carte Pratico est une carte rechargeable sur laquelle peuvent être achetés des titres de transport alors que la Vermeilleuse sert de laissez-passer.

« À partir du moment où vous montez dans l’autobus et que vous tapez votre carte, on est en mesure de savoir que vous êtes dans le véhicule. Si vous faites une correspondance dans les 90 minutes suivantes, il suffit de représenter la carte et il n’y a aucun frais d’engagé. »

M. Denault ajoute qu’il sera possible de télécharger des sommes sur la carte électronique pour en faire un portefeuille électronique. La Vermeilleuse pourrait éventuellement servir également pour louer des livres à la bibliothèque, pour gérer les vélos ou les voitures en libre partage ou pour les activités sportives. « Il y a tout près de 40 000 détenteurs de la carte Vermeilleuse à ce jour », conclut M. Denault.